Hybride rechargeable
Crédit Photo : TOYOTA

L’hybride rechargeable : une technologie d’avenir ?

L’hybride rechargeable semble être LA technologie d’aujourd’hui et de demain pour les constructeurs. La concurrente directe de la voiture électrique prend sa place sur le marché automobile français. Avantages, inconvénients, spécificités et modèles commercialisés, on fait le point.

Une voiture hybride rechargeable est équipée d’un moteur thermique, d’un moteur électrique, ainsi que d’une batterie de traction afin de stocker l’énergie. Le véhicule utilise alors alternativement les modes de traction thermique, électrique et hybride. Les constructeurs automobiles sont de plus en plus nombreux à proposer des modèles bénéficiant de l’hybride rechargeable. En effet, la voiture hybride rechargeable présente certains avantages de la voiture électrique, notamment en termes d’émissions de CO2, sans en présenter les inconvénients. En 2019, 125 432 unités d’hybrides ont été écoulées contre 106 369 en 2018, dont 18 592 voitures hybrides rechargeables contre 14 528 sur l’année précédente. Cela représente une augmentation de +28,6% des ventes entre 2018 et 2019. Avec 32 600 nouvelles immatriculations depuis janvier, les véhicules hybrides rechargeables continuent d’accroître leur part de marché en 2020.

Hybride et hybride rechargeable : quelles différences ?

Un véhicule hybride rechargeable (PHEV- « Plug-in Hybrid Electric Vehicle ») est un véhicule hybride (HV), avec une batterie disposant d’une plus grande capacité. La voiture hybride rechargeable se recharge sur une prise à l’instar de la voiture hybride qui s’alimente en roulant. Cette batterie permet de rouler en tout électrique sur de plus longues distances. L’autonomie du véhicule en tout électrique dépend de la capacité de sa batterie. Certains modèles annoncent jusqu’à 100 kilomètres d’autonomie théorique. C’est le cas, par exemple, de la Chevrolet Volt, sortie en 2010 aux Etats-Unis.

L’hybride rechargeable combine un moteur électrique et à combustion. Le véhicule pourra donc toujours rouler avec le moteur thermique, même lorsque sa batterie est totalement déchargée. S’il est recommandé de le brancher le plus souvent possible afin de profiter pleinement des avantages offerts par cette technologie, cela n’est cependant pas obligatoire.

Comment ça marche ?

Le véhicule hybride rechargeable adopte le comportement d’un véhicule hybride lorsque sa batterie est déchargée. Il utilise alors sa motorisation thermique et la batterie peut se recharger grâce à la récupération d’énergie cinétique. L’idéal est de disposer d’une borne de recharge chez soi ou sur son lieu de travail pour pouvoir exploiter au mieux les capacités de votre voiture hybride rechargeable. Par ailleurs, la capacité de la batterie d’une hybride rechargeable est bien supérieure à celle d’un modèle full hybrid.

Hybride rechargeable : des avantages

De plus en plus sensibilisés à la question de l’environnement, les automobilistes sont nombreux à souhaiter se tourner vers des motorisations moins polluantes. Sur une voiture hybride rechargeable, la recharge sur une prise de courant permet de réduire son empreinte écologique et de diminuer significativement son budget de carburant. Par ailleurs, le taux d’émissions de CO2 peut être divisé par deux par rapport à une voiture thermique.

La batterie d’une voiture hybride rechargeable est beaucoup plus performante que celle d’une hybride dite simple. Sa capacité moyenne varie entre 8 et 12 kWh. Selon les modèles, il est alors possible de parcourir entre 20 et 60 km en moyenne totalement à l’électrique. Cela fait de l’hybride rechargeable une alliée parfaite pour les trajets urbains du quotidien, notamment.

Une conduite souple et silencieuse, voilà une autre promesse de l’hybride rechargeable. En roulant en électrique au démarrage, en ville ou dans les embouteillages, vous gagnerez également en sérénité.

Autre avantage de taille : la gamme s’élargit. Effectivement, si l’un des pionniers de cette technologie a longtemps dominé le marché avec la Toyota Prius, l’ensemble des constructeurs se met aujourd’hui à l’hybride rechargeable. On retrouve des modèles dans de nombreux segments, de la citadine aux SUV. L’Audi Q5, l’Opel Grandland, le Peugeot 3008 ou encore le Volvo XC40 en sont quelques exemples.

Depuis le début du mois de juin 2020, les voitures hybrides rechargeables (jusqu’à 50 000 euros, 50 km d’autonomie au minimum) sont éligibles à un bonus de 2000 €, sans conditions de reprise ni de ressource. Cette aide entre dans le cadre du plan de relance automobile présenté à la fin du mois de mai par le président de la République, Emmanuel Macron, suite à la crise sanitaire du Coronavirus. Elle vise à redynamiser la filière automobile lourdement impactée. Elle sera donc ponctuelle.

Mais aussi des inconvénients

Le prix élevé est l’un des principaux freins à l’achat d’une voiture hybride rechargeable. Celle-ci est effectivement beaucoup plus onéreuse qu’une voiture hybride classique. Même si la réduction des émissions de CO2 permet d’accéder à des primes, cela ne reste pas à la portée de toutes les bourses. Les premiers prix se situent aux alentours de 35 000 €. C’est le cas des modèles Renault Captur E-Tech Plug-in, Kia Niro ou encore Hyundai Ioniq. Les prix grimpent considérablement pour les modèles de milieu de gamme (50 000€ en moyenne), comme la Mercedes Classe A 250, la DS7 Crossback E-Tense, ou la BMW 530e iPerformance. Enfin, les prix s’envolent du côté des modèles haut-de-gamme avec plus de 90 000€ pour le Volvo XC90, le Porsche Cayenne ou la Mercedes Classe S 560. L’achat d’une hybride rechargeable permet de bénéficier de la prime à la conversion uniquement si le véhicule coûte moins de 60 000€, son montant dépendant du revenu fiscal de l’acheteur (2 500€ ou 5 000€). On voit par là qu’il y a tout de même une volonté globale de développer cette technologie et donc de la démocratiser en la rendant de plus en plus abordable.

Malheureusement, les bornes de recharge ne sont pas encore très déployées sur le territoire, même si la tendance est à l’investissement dans ce domaine. En conséquence, il est probable de rencontrer des difficultés pour recharger son véhicule.

Les hybrides rechargeables sur le marché en 2020

Malgré l’épidémie de Coronavirus, l’année 2020 est riche en sortie de nouveaux modèles d’hybrides rechargeables sur le marché. La grande majorité est basée sur une motorisation essence, même si le diesel commence à se faire une petite place dans le domaine, notamment chez Mercedes. Toyota reste l’un des spécialistes historiques de l’hybride rechargeable en grande série avec la version plug-in de la troisième génération de Prius, lancée en 2012.

Voici une liste des modèles hybrides rechargeables actuellement commercialisés, ou dont la commercialisation est à venir :

  • Audi : A3, Q5, A6, A7, Q7, A8
  • BMW : X1 xDrive25e, X2 xDrive 25e, 225xe Active Tourer, Série 3, X3, Série 5, X5, Série 7
  • Citroën : C5 Aircross Hybrid 225
  • DS : 7 Crossback E-Tense 225
  • Ford : Kuga PowerSplit
  • Hyundai : Ioniq hybride rechargeable
  • Jeep : Compass 4xe, Renegade 4xe
  • Kia : Ceed SW hybride rechargeable, Niro hybride rechargeable, XCeed hybride rechargeable
  • Mercedes : Classe A 250 e, Classe C, GLC, Classe E, GLE (diesel), Classe S
  • Mini : Countryman SE
  • Mitsubishi : Outlander PHEV
  • Opel : Grandland X Hybrid 225 / Hybrid4 300
  • Peugeot : 3008 Hybrid 225, 508 Hybrid 225
  • Porsche : Panamera, Cayenne
  • Range Rover : Evoque
  • Renault : Captur E-Tech Plug-in (le nouveau qui devient le véhicule plug-in hybrid le moins cher du marché à partir de 33 700 €) , Megane Estate
  • Seat : Leon, Tarraco
  • Skoda : Octavia, Superb iV, Across
  • Toyota : Prius hybride rechargeable, RAV4
  • Volkswagen : Tiguan, Passat
  • Volvo : XC40 Recharge T4, S60/V60, XC60, S90/V90, XC90

Un marché en pleine croissance

Grâce à une offre de modèles étoffée et attractive, les ventes des véhicules hybrides rechargeables continuent de se multiplier en 2020 malgré la crise actuelle. Depuis janvier 2020, on compte près de 32 600 nouvelles immatriculations de véhicules hybrides rechargeables. Rien que sur l’été 2020, 12 292 véhicules hybrides rechargeables neufs ont été mis en circulation, soit une hausse de + 380% par rapport à l’été 2019. En tête des ventes en France entre janvier et août 2020, on retrouve le Peugeot 3008 (4 310 immatriculations), le DS 7 Crossback (3 160 immatriculations) et le Peugeot 508 (1 874 immatriculations). Ces modèles sont suivis par le Mitsubishi Outlander (1 744 immatriculations) et le Mercedes GLC (1 633 immatriculations).

Partager l'article

3 commentaires pour “L’hybride rechargeable : une technologie d’avenir ?

  1. comme vous le spécifiez, l’hybride rechargeable n’offre un véritable intérêt que lors de parcours urbains, voire, limite péri-urbains.
    Lorsque vous faites un parcours longue distance, par exemple Paris – Lyon ou pire, Paris – Marseille, avec les quelques malheureux 40 à 60 km d’autonomie électrique, votre trajet devient une véritable aberration en hybride électrique, car vous parcourrerez l’essentiel de votre trajet sur votre moteur thermique, et, de plus, vous serez pénalisé par une consommation plus importante qu’avec le même véhicule en pure thermique, car l’hybride rechargeable est très lourd, notamment à cause des batteries….!! A quoi pensent les constructeurs automobiles en proposant de gros SUV en hybride rechargeable si ce n’est à faire un coup médiatique et marketing avec des publicités limites mensongères !!!
    C’est tout de même affligeant de constater à quel point les constructeurs automobiles s’engouffrent dans une voie plus « médiatique » que raisonnée sur le long terme !!!
    Et que dire du bilan écologique d’une voiture hybride rechargeable ? désastreux pendant la phase de construction, à peine intéressant pendant la phase d’utilisation, et irresponsable pendant la phase de fin de vie et de recyclage !!!
    Le gouvernement vient de mettre 7 milliards d’euros sur le plan hydrogène. Airbus s’est engouffré dedans en annonçant les premiers avions opérationnels pour 2035…! A part Hyundai qui propose un véhicule à propulsion à l’hydrogène, que font les autres constructeurs ??? Et qu’en est-il d’Air Liquide qui pourrait investir dans une filière de production écologique d’hydrogène, et développer un véritable et dense réseau de pompes en stations-services pour faire le plein ????
    Faire le plein d’un véhicule à l’hydrogène ne prends que quelques minutes, comme pour un plein de carburant fossile (5 à 6 mn en moyenne), quand il faut entre 20 et 30 mn avec un super-chargeur pour obtenir 80% d’énergie en plus sur un véhicule 100% électrique…. A condition d’en trouver un qui soit opérationnel…
    Comme d’habitude, le marketing prime sur une véritable vision industrielle et vraiment écologique !!!!
    Devant la puissance des lobbys auto et pétroliers, les objectifs ambitieux et nécessaires de la COP21 sont insignifiants et piétinés ! Que font nos dirigeants politiques ? Ils suivent un mouvement qu’ils ne comprennent même pas… Et pourtant, c’est par la loi qu’il est possible d’infléchir des décisions industrielles vers une véritable transition écologique…

    1. Bravo pour votre analyse. Je pense que le mieux est l’hybride non rechargeable type Renault Clio E-tech.
      J’attends avec impatience le Captur E-tech non rechargeable.

  2. Bon commentaire, sauf que tout le monde ne fait pas Paris Marseille.
    Beaucoup ne dépassent pas, la plupart du temps, la capacité de l’électrique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut