BMW Série 1 118d 150ch M Sport

[Vidéo] Essai BMW Série 1 118d 150ch M Sport : la révolution réussie de la compacte star de BMW

Jamais le lancement d’une nouvelle BMW Série 1 n’avait apporté autant de changements. Au-delà d’un nouveau design, de la présence de nouveaux équipements et bien évidemment de nouvelles motorisations, cette Série 1 change radicalement par rapport à ses devancières. Alors que les deux premières générations étaient des propulsions, celle-ci passe en traction, avec les roues avant motrices. Mais ce n’est pas tout ! Adieu le moteur à six cylindres, même sur les versions les plus performantes comme la 135i avec ses 306 chevaux qui doit se contenter d’un quatre cylindres quatre roues motrices. Nous essayons aujourd’hui une version cœur de gamme, la 118d avec un quatre cylindres diesel de 150 chevaux associé à une boîte automatique à six rapports. Elle est ici en finition M Sport avec des roues de 18 pouces. Voyons ce que ces changements apportent.

Une vie à bord qui n’évolue pas (ou peu)

À bord, la véritable révolution qu’apporte la nouvelle Série 1 n’est pas visible. En effet, on retrouve un intérieur qui ne va pas choquer les habitués de la marque. On note simplement une touche de modernisme en plus, ce qui est logique pour une nouvelle version.

Le combiné d’instruments numérique est le même que celui des Série 3 et est personnalisable via les modes de conduite. L’écran central est devenu tactile, mais on garde la molette centrale. L’ensemble permet de commander pléthore de fonctions, y compris les aides à la conduite dont plusieurs sont, heureusement, en série.

L’impression globale est agréable mais BMW joue la carte du conservatisme. Contrairement à une Mercedes Classe A qui en met plein la vue, l’intérieur reste relativement sobre. La qualité de présentation est au rendez-vous et la finition M Sport permet de profiter de très bons sièges, même s’ils ne sont pas électriques. En option, notre voiture d’essai dispose d’inserts décoratifs rétroéclairés, agréables de nuit, mais également d’un toit vitré panoramique facturé 1 150 €.

À l’arrière, on espérait que le passage en traction avec un moteur transversal permettrait de faire progresser l’habitabilité. Ce n’est pas le cas. Un seul petit centimètre en espace aux jambes est gagné. La Série 1 est dans la moyenne de la catégorie.

En revanche, le coffre progresse lui de manière plus importante, selon nos mesures, et devient plus vaste que celui d’une Audi A3 Sportback ou d’une Mercedes Classe A.

Confort et dynamisme, le quatre cylindres est LE compromis

Le moteur quatre cylindres diesel 150 chevaux avec ses 350 Nm possède des performances qui sont largement suffisantes. Il permet de réaliser le kilomètre départ arrêté en à peine plus de 30 secondes. L’association avec la boîte automatique à huit rapports à convertisseur est parfaite. Le moteur est très souple et on profite également d’un habitacle très bien insonorisé, aussi bien en acoustique qu’en vibratoire. Sur autoroute, le niveau sonore réduit est digne des catégories supérieures.

En ce qui concerne la partie châssis, le compromis est vraiment très bon. On retrouve le côté dynamique BMW avec une direction assez ferme et directe associée à un train qui a du mordant. Face à ses concurrentes, cette Série 1 est une compacte plus dynamique, notamment grâce à un arrière facilement mobile, sans être piégeur.

Le tout offre un très bon niveau de confort. La version M Sport permet de bénéficier de roues de 18 pouces et de suspensions pilotées. Globalement, même si la Série 1 n’est plus une propulsion, elle reste très dynamique. En matière de consommation, BMW se classe deuxième de la catégorie avec cette version, derrière la Mercedes Classe A 200d. Bonne nouvelle, elle reste donc fidèle à la réputation de la marque !

En ce qui concerne la tarification, il s’agit en revanche d’une mauvaise nouvelle. Les prix débutent pour cette version 118d à 30 000 € en finition de base. Notre modèle d’essai atteint presque les 40 000 € boîte automatique incluse mais hors options. Pour disposer de toutes les options présentes, il faut compter 48 000 € (accès à bord et démarrage mains libres, climatisation automatique bizone, etc.). La série M Sport intègre également la direction DirectDrive M et la suspension pilotée SelectDrive. Le tarif est élevé, mais la concurrence se positionne également à ce niveau.

Partager l'article

2 commentaires pour “[Vidéo] Essai BMW Série 1 118d 150ch M Sport : la révolution réussie de la compacte star de BMW

  1. Dommage d’avoir abandonné:
    le 6 cylindres et la propulsion.
    Ce qui transférera probablement une partie de la clientèle traditionnelle BMW vers l’autre constructeur allemand à l’étoile 3 branches.
    Les ingénieurs BMW apprécieront la réduction de cette clientèle…………

  2. Dommage la perte de la propulsion qui est dans les gènes de BMW. On rentre dans le rang et on s’expose à la concurrence des autres premium. Il risque d’y avoir des transfuges.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut