Reglementation sieges auto bebe
Crédit Photo : SEAT

Sièges auto : que dit la réglementation ?

Comme pour les adultes, il est indispensable et obligatoire pour les bébés et enfants d’être attachés en voiture. Jusqu’à quel âge faut-il les mettre dans un siège auto ? Quel siège choisir ? Faisons un point sur la réglementation des sièges auto.

Les enfants de moins de dix ans doivent obligatoirement voyager dans un siège auto adapté à leur âge, leur taille et leur poids. Au-dessus de cet âge limite, c’est la ceinture de sécurité qui devient obligatoire, peu importe la durée et la distance du trajet.

La réglementation

La réglementation a grandement évolué depuis le début des années 1990 en matière de sécurité des passagers, et notamment de celle des enfants. Pour les adultes et les enfants de plus de 10 ans, le port de la ceinture de sécurité est obligatoire à l’avant et à l’arrière des véhicules depuis le 1er décembre 1990. Les enfants de moins de 10 ans ou d’une taille inférieure à 1,35 m doivent être installés sur un siège adéquat, appelé « dispositif de retenue pour enfant », depuis le 1er janvier 1992.

En France, le siège auto est donc obligatoire jusqu’à 10 ans ou jusqu’à ce que l’enfant mesure 135 cm. La raison ? Avant cet âge-là, la morphologie de l’enfant ne permet pas à la ceinture de sécurité de le protéger des chocs. Voilà pourquoi les sièges auto ont été développés massivement. L’enfant doit être installé à l’arrière du véhicule et le siège doit être homologué. Pour vérifier l’homologation, une étiquette doit être apposée sur le siège avec les normes ECE R44/03, ECE R44/04 et Isize.

Un nourrisson peut être installé dans un siège auto bébé sur le siège passager avant de la voiture à condition d’être positionné dos à la route. L’airbag doit impérativement être désactivé. Un enfant peut prendre place sur le siège passager avant uniquement dans les situations suivantes :

–  Le véhicule ne comporte pas de banquette arrière ;

–  La banquette arrière du véhicule n’est pas équipée de ceinture de sécurité ;

–  Les sièges arrière du véhicule sont momentanément inutilisables ;

–  Les sièges arrière du véhicule sont occupés par des enfants de moins de 10 ans, chacun d’eux étant retenu par un système homologué de retenue.

La loi impose qu’un bébé installé à l’avant, dos à la route, le soit jusqu’à 9 kg dans un siège auto bébé aux normes ECE R44/03 et 04 et jusqu’à 15 mois dans un siège bébé Isize.

La sécurité avant tout !

Le siège auto n’est pas un accessoire dont on peut se passer pour un enfant. Il est une question de sécurité avant tout. Il faut savoir que lors d’une collision à 50 km/h, la violence de l’impact équivaut à une chute du 3ème étage d’un immeuble. En cas de projection contre une partie rigide de l’habitacle (montant de porte, siège, pare-brise…), les conséquences peuvent être très graves, voire mortelles chez l’enfant dès 20 km/h. Il est de ce fait indispensable de bien choisir le siège auto de son enfant.

Le système de fixation Isofix

Afin que l’enfant soit bien protégé en cas de choc ou d’accident, il convient de bien fixer son siège auto. Pour cela, il existe deux grands types de fixation : la ceinture de sécurité et la fixation Isofix. Le système Isofix est un système de fixation directement intégré à la voiture. Depuis 2011, il est devenu obligatoire sur tous les nouveaux véhicules. Il est beaucoup plus sûr que la ceinture de sécurité qui peut être mal harnachée autour du siège auto. Malheureusement, de nos jours, le système Isofix n’est pas encore présent sur tous les véhicules.

La sécurité enfant

Afin d’assurer le maximum de sécurité, il est également important d’activer la sécurité enfant, lorsque cela est possible. Ce dispositif permet de bloquer les portes de l’intérieur, pour que celles-ci ne puissent s’ouvrir que de l’extérieur. En effet, un enfant peut être tenté de toucher les poignées, et l’ouverture d’une porte en plein trajet serait à la fois dangereuse pour lui, mais également pour vous et les autres automobilistes.

Comment choisir le siège auto de son enfant ?

Le modèle du siège auto à choisir va dépendre de l’âge, de la taille, mais aussi du poids de votre enfant. Les sièges auto sont classés en cinq groupes de dispositifs de retenue :

Groupe 0 :

  • De la naissance à 10 kg.
  • Tranche d’âge : de la naissance à environ 15 mois.
  • Équivalent i-Size : de 40/45 à 70/78 cm

Groupe 0+ :

  • De la naissance à 13 kg.
  • Tranche d’âge : de la naissance à environ 2 ans et demi.
  • Équivalent i-Size : de 40/45 à 83/87 cm.

Groupe 1 :

  • De 9 à 18 kg.
  • Tranche d’âge : environ 10 mois à 5 ans.
  • Équivalent i-Size : de 61/76 à 105 cm.

Groupe 2 :

  • De 15 à 25 kg.
  • Tranche d’âge : environ 3,5 à 8,5 ans.
  • Pas de siège i-Size à ce jour.

Groupe 3 :

  • De 22 à 36 kg.
  • Tranche d’âge : environ 7 à 12 ans.
  • Pas de siège i-Size à ce jour.

Il existe également des sièges évolutifs qui ont l’avantage de s’adapter à plusieurs tranches d’âge et de poids :

  • Le groupe 0+/1 : il est adapté de la naissance à 18kg
  • Le groupe 1/2/3 : il convient de 9 kg jusqu’à 36 kg
  • Le groupe 2/3 : il convient de 15 kg jusqu’à 36 kg, soit environ de 3,5 à 12 ans.

Pour les nouveaux nés, l’alternative du lit-nacelle est légale et permet au nourrisson (jusqu’à ses 6 mois) de voyager à plat-dos. Cette solution est tout de même déconseillée par la plupart des associations d’utilisateurs. Avec une sangle autour de la taille, il se fixe transversalement sur la banquette arrière grâce aux points d’ancrage des ceintures de sécurité (le lit-nacelle occupe 2 places).

À partir de 10 ans, l’enfant peut passer sur le siège passager avant avec bien sûr la ceinture de sécurité. Toutefois, il est conseillé de ne pas faire monter un enfant à l’avant tout de suite après ses dix ans. En cas d’accident ou de choc, celui-ci sera plus en sécurité sur un siège à l’arrière.

Quelle sanction en cas de non-respect de la réglementation ?

Tout conducteur ne respectant pas ces obligations est passible d’une amende pouvant aller jusqu’à 750 €. Il s’agit généralement d’une amende forfaitaire de 135 €. Néanmoins, si l’enfant est muni d’un certificat médical d’exemption délivré par un médecin agréé par la préfecture, ce dernier est autorisé à ne pas avoir de siège auto.

Par ailleurs, montrer l’exemple aux enfants permet de les sensibiliser à la sécurité routière dès leur plus jeune âge.

Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut