Téléphone au volant

Téléphone au volant : les nouvelles sanctions à prévoir

À compter du 1er avril 2020, avoir votre téléphone en main en conduisant vous coûtera encore plus cher. Les sanctions liées à l’usage du téléphone n’en finissent pas. Le gouvernement poursuit son combat pour la sécurité routière. Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la Sécurité Routière, a annoncé la nouvelle mesure qui entre en vigueur au printemps. L’occasion de faire le point sur comment gérer sa relation à son téléphone lorsque l’on est au volant pour limiter les risques et éviter une infraction routière.

Point sur la réglementation en vigueur

Nul n’est censé ignorer la loi et donc savoir que l’usage du téléphone tenu en main en conduisant est interdit. Il est strictement interdit de téléphoner mais aussi de consulter ou de manipuler son téléphone au volant d’un véhicule en circulation. Cela détourne l’attention du conducteur, active tous ses sens de distraction (physique, auditive, visuelle et cognitive) et multiplie par trois le risque d’accident. En effet, conduire avec un téléphone à la main peut allonger vos temps de réaction et affecter votre capacité à respecter les règles de sécurité.

De même, depuis le 1er juillet 2015, le port à l’oreille de tout dispositif susceptible d’émettre du son par le conducteur d’un véhicule en circulation, à l’exception des appareils électroniques correcteurs de surdité, est strictement interdit. Il est alors bon de rappeler qu’un véhicule momentanément arrêté sur une voie de circulation pour une cause autre qu’un événement de force majeure est considéré comme étant toujours en circulation (arrêt de la Cour de Cassation du 23 janvier 2018).

Des chiffres clés

Si le danger est avéré et connu par les Français, nous sommes encore trop nombreux, selon les études, à avoir de mauvais comportements au volant, et notamment concernant l’utilisation du téléphone. Près de 60 % des Français utilisent leur téléphone au volant (avec ou sans kit mains-libres ou en connexion Bluetooth). Or, l’utilisation du téléphone au volant représente un réel danger. Il est physiquement impossible de regarder simultanément la route et un écran.

Selon les données communiquées par la Sécurité Routière :

  • Les risques d’accident sont multipliés par 3 lorsque vous avez une communication téléphonique et par 23 lorsque vous lisez un message en conduisant.
  • Un accident sur 10 serait lié à l’usage du téléphone au volant.
  • 15% des conducteurs ont déjà eu une “grosse frayeur” parce qu’ils consultaient leur téléphone au volant.
  • 39 % utilisent le téléphone au volant pour passer ou recevoir des appels
  • 24 % l’utilisent pour lire ou envoyer des SMS, ce qui oblige le conducteur à détourner les yeux de la route pendant en moyenne 5 secondes.

Les sanctions et les risques encourus

Conduire avec un téléphone à la main ou en portant à l’oreille un dispositif audio de type écouteurs, oreillette ou casque) sont donc des infractions. Elles sont sanctionnées par :

  • une amende forfaitaire de 135 € ;
  • un retrait de 3 points du permis de conduire.

Ces dispositions concernent également les cyclistes et les motards qui peuvent être sanctionnés par la même amende forfaitaire de 135 €.

Conduire un véhicule, quel qu’il soit, nécessite une forte concentration et une attention de la part du conducteur. Sur la route, il est indispensable d’être en capacité de réagir au plus vite pour pouvoir prendre les bonnes décisions et avoir les bons réflexes face à un danger immédiat.

En revanche, sont autorisés en voiture :

  • Les kits intégrés dans les voitures ou dans les casques de moto
  • Les sonotones

Concernant un appareil en fonctionnement doté d’un écran et ne constituant pas une aide à la conduite ou à la navigation, vous pouvez être sanctionné d’une contravention de 5ème classe, soit d’un montant de 1 500 € au maximum et d’un retrait de 3 points du permis de conduire.

L’utilisation du téléphone au volant a un grand nombre de conséquences :

  • Augmenter les temps de réaction
  • Augmenter la distance de freinage
  • Réduire la distance de sécurité avec le véhicule qui précède
  • Donner de la difficulté à maintenir le véhicule dans la voie de circulation
  • Donner de la difficulté à maintenir une vitesse adaptée
  • Réduire le champ de vision
  • Donner de la difficulté à s’insérer sans danger dans le flux de circulation
  • Provoquer du stress, des tensions, voire des frustrations
  • Diminuer sa conscience de l’environnement

Une nouvelle sanction à compter du 1er avril et pour la fin 2020

La règle de base ne changera pas. Vous serez toujours sanctionné d’une amende de 135€ et d’un retrait de trois points pour avoir votre téléphone en main et ce, pour n’importe quelle raison, même simplement lancer une musique. La nouveauté 2020 sera la suspension immédiate du permis de conduire si vous commettez une infraction tout en téléphonant ou en utilisant votre téléphone. Emmanuel Barbe précise : « si vous êtes pris en flagrant délit d’infraction routière (feu rouge grillé, vitesse excessive…) alors que vous aviez un téléphone portable en main ».

Le délégué interministériel à la Sécurité Routière a également annoncé une mesure pour la fin d’année 2020. Il s’agit du blocage du signalement des forces de l’ordre sur les applications communautaires de type Waze ou Coyote. La mesure concernera des cas précis d’opérations de contrôle, notamment l’alcoolémie, mais pas la vitesse.

Le bluetooth autorisé, les autres dispositifs interdits

Le bluetooth / kit main-libre et le dispositif intégré au casque pour les motards sont autorisés.

Pour les interdits, ils sont, quant à eux, beaucoup plus nombreux que l’on soit en voiture, à moto ou à vélo :

Voiture Moto Vélo

– Téléphone à la main

– Le casque audio sur une ou deux oreilles

– Les écouteurs sur une ou deux oreilles

– L’oreillette Bluetooth

– Téléphone coincé dans le casque

– Les écouteurs sur une ou deux oreilles

– Téléphone à la main

– Le casque audio sur une ou deux oreilles

– Les écouteurs sur une ou deux oreilles

– L’oreillette Bluetooth

 

Des applications pour mieux conduire

Si utiliser votre téléphone en conduisant est formellement interdit, ce dernier reste toutefois très utile en cas de panne ou d’accident. La sécurité routière promeut des applications mobiles soucieuses de vous accompagner et de vous aider à la sécurité sur les routes.

L’appli « Mode Conduite »

Disponible sur Android, cette application proposée par la sécurité routière vous permet de résister à la tentation d’utiliser votre mobile en voiture. Elle permet de mettre le téléphone portable en veille quand on conduit et envoie un message d’indisponibilité et d’appel à la prudence aux personnes qui tentent de vous joindre. Sur IOS 11, activez la fonctionnalité « Ne pas déranger en voiture » et avec un Windows Phone sélectionnez le « Mode conduite ».

Liberty Rider

Liberty Rider est une application à destination des motards. Elle permet de déceler les chutes à moto en déclenchant une alerte sur le téléphone du conducteur grâce à des capteurs présents dans son smartphone. En cas de chute, l’application se connecte au centre de contrôle de Liberty Rider qui peut prévenir les secours si ce dernier n’obtient pas de nouvelles du conducteur dans les deux minutes.

Liberty Rider propose également aux motards de partager leurs trajets avec leurs proches. Un message est automatiquement envoyé lorsqu’ils arrivent à destination. Une bonne idée pour rassurer ses proches et rester connecté avec eux. Créée par Julien, Emmanuel, Jérémy et Martin, de Sas Liberty Rider, cette application est lauréate du Prix innovation sécurité routière 2017.

SOS Autoroute

Sous l’impulsion de la société Autoroute Paris-Rhin-Rhône (APRR), l’application SOS autoroute a vu le jour. Elle permet de transformer son téléphone en borne d’appel d’urgence embarquée. En cas d’accident ou de panne sur l’autoroute, elle permet d’informer plus vite et mieux les secours, qui sont immédiatement prévenus des caractéristiques de l’usager et de son véhicule. Elle permet aussi de le géolocaliser, évitant ainsi au conducteur du véhicule accidenté ou en panne de se déplacer et de rester en sécurité derrière la barrière de sécurité.

Les solutions à la tentation

Nous sommes (presque) tous devenus dépendants de ces objets électroniques. Des chercheurs évoquent même le syndrome FOMO (Fear of Missing Out) : la peur de rater quelque chose, soit un besoin irrépressible d’être constamment en relation avec les autres, d’être joignable à tout moment.

À tel point que cette dépendance au téléphone est devenue une réelle préoccupation dans de nombreux pays. C’est notamment le cas aux États-Unis où son usage est devenu l’une des principales causes de mortalité des jeunes sur la route.

Pour conduire en toute sécurité, quelques solutions simples s’offrent à vous. Il ne vous reste plus qu’à faire votre choix :

  • Éteindre votre téléphone
  • Le mettre hors de portée : dans un sac ou dans la boîte à gants
  • Le mettre en silencieux, voire en mode avion
  • Le confier à un passager
  • Si vous attendez un appel, prévenez votre contact que vous allez être en voiture, donc injoignable, et que vous le rappellerez une fois arrivé

Prendre une pause pour vous reposer et aussi consulter votre téléphone sur un long trajet.

Partager l'article

9 commentaires pour “Téléphone au volant : les nouvelles sanctions à prévoir

  1. Je connais une solution radicale pour enrayer le mal, et faire en sorte que nous ne puissions plus être les victimes de ces inconscients accrocs au tél et au sms au volant: le parasitage de tous ces appareils moteur tournant. Mais qui osera s’attaquer vraiment au problème ?
    Evidemment, il est bien plus facile d’installer un peu partout des tiroirs caisse que sont les radars, qui emmerdent tout le monde et qui rapportent à l’Etat un « pognon de dingue » !…

    1. Supposons plusieurs personnes dans le véhicule, les passagers peuvent consulter leur téléphone sans danger. On pourrait imaginer de coupler l’activation du système avec un capteur de présence ou de ceintures pour déterminer le nombre de personnes. Mais comme vous dites, quel constructeur s’y « risquera » ?

  2. « Il est physiquement impossible de regarder simultanément la route et un écran. »

    Faudrait le dire aux constructeurs qui mettent de plus en plus des écrans tactiles, même pour des choses basiques comme le réglage de la ventilation…

  3. « évitant ainsi au conducteur du véhicule accidenté ou en panne de ne pas se déplacer  » !!!!!!!!!!!!!!
    Ou alors je dis  » évitant au conducteur de se déplacer  » ou je dis  » permettant au conducteur de ne PAS se déplacer  »
    Toujours fâchés avec la langue française, les journaleux !!!!

  4. A savoir
    Que ,en cas d’ accident corporel, si l’enquête des forces de l’ordre décèle une communication téléphonique au moment de l’accident(facteur aggravant)est-ce même avec un système intégré au véhicule autorisé par la loi.Votre assurance ne couvrira pas les dégâts occasionnés aux tiers ,comme a vous vous-même . .A garder en mémoire avant de prendre le volant .

  5. Alors pourquoi les constructeurs automobiles installent des écrans tactiles toujours plus grands dans leurs véhicules .

  6. Même sans écran, le fait de téléphoner, même en bluetooth, capte une partie de notre attention et on est plus à 100 % dans la conduite….je l’ai testé en  » oubliant  » un radar que je connais sur mon parcours !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut