MG Motor
Crédit photo : MG Motor

Voitures électriques : encore plus de choix

La voiture électrique a le vent en poupe dans le monde entier. Et la pandémie que nous vivons a été un véritable coup de boost pour cette catégorie. Résultat: toutes les marques se mettent dans une nouvelle énergie.

Tendance chinoise

Les premiers nouveaux constructeurs qui vont venir concurrencer les existants sont chinois. Si le Japon avait été précurseur dans le domaine avec Toyota, la Chine n’avait pas encore franchement emboîté le pas. Désormais, le pays asiatique compte bien séduire un large public avec un rapport prix/autonomie imbattable. Le groupe chinois SAIC Motor propose des modèles 100% électrique importés en France. Ce groupe a notamment relancé la marque anglaise MG après son rachat en 2006. Aujourd’hui, ce géant se lance sur le marché de l’électrique et compte bien y faire sa place. Il inspire aussi d’autres groupes chinois qui, eux aussi, ont bien l’intention de se démarquer sur ce segment, c’est le cas de Dongfeng et de sa marque Seres, que l’on trouve également en France. Aiways, fondée en 2017, est le deuxième constructeur chinois à s’implanter petit à petit dans notre pays. Il  est arrivé avec le SUV U5 que l’on a pu apercevoir sur les routes corses à l’été 2020 où quelques véhicules (500) avaient été mis à la location. Et, d’ici fin 2021, le SUV M-Byte devrait également être mis en vente en Europe. La marque Li Auto développe et produit ses propres véhicules dont un SUV électrique avec prolongateur d’autonomie. Il est pour l’instant réservé au marché chinois mais il y a fort à parier que le constructeur sera aussi vite séduit par la mondialisation de ses concepts. De son côté, VinFast, un constructeur vietnamien espère commercialiser trois SUV électrique en Europe d’ici fin 2022. Plus atypique, on retrouve aussi dans le domaine de la voiture électrique, des marques de téléphonie bien connues en France comme Huawei et Xiaomi. Cette dernière a investi pas moins de 10 millions de dollars dans la création de voitures électriques dont la Mi Car qui devraient être sur nos routes en 2023. Quant à Huawei, ils ont fait le pari de participer au développement de la voiture autonome auprès de trois géants automobiles chinois. Vous l’aurez compris, l’Asie est sur le coup ! Les constructeurs français et européens n’ont qu’à bien se tenir. Bonne nouvelle pour les automobilistes qui souhaitent se lancer dans l’aventure électrique n’auront bientôt que l’embarras du choix.

NIO, la marque qui chatouille Tesla

Parmi  les nouveaux constructeurs électriques asiatiques, on remarque NIO. La marque existe depuis 2014 (contre 2003 pour Tesla) et a été créée à Shanghai. Elle s’est faite connaître avec un hypercar électrique et débarque bientôt en Europe avec des SUV électriques plus traditionnels mais qui vont venir chatouiller le leader américain dans le domaine : Tesla. L’idée: vendre des véhicules exclusivement électriques. NIO n’a pas d’expérience d’ailleurs dans les voitures thermiques, qu’elle n’a jamais vendues mais la jeune marque compte bien faire la différence dans la révolution que le monde automobile est en train de vivre. Depuis plusieurs années déjà, des marques comme  Tesla, Xpeng, Byton ou encore Lucid, se sont lancées sur le marché en proposant des modèles zéro émission. NIO a lancé sa première voiture électrique grand public en 2017, le grand SUV ES8 de sept places vendu 58 000 euros à sa sortie soit presque deux fois moins cher que la Tesla Model X. Avec ce modèle, NIO se démarque avec l’utilisation d’un compagnon numérique intelligent capable de retenir les habitudes du conducteur et les batteries en location et interchangeables qui permet de faire le plein en 3 minutes, ce que n’avait pas encore réussi à faire Tesla. En 2018, la marque complétait sa gamme avec une compacte ES6 et un coupé EC6 qui promet plus de 600 km en une seule charge. Le succès n’est d’abord pas tellement au rendez-vous mais en ce début de 2021, le vent semble avoir tourné et le courant mieux passé. La marque chinoise annonce des chiffres records. NIO travaille sur une berline, la NIO ET7 issu du concept ET Preview et concurrente directe de la Tesla Model X. La marque annonce une autonomie record de 1000 kilomètres en cycle NEDC. Elle sera d’abord vendue en Chine fin 2021 à partir de 56 425 euros pour la version 70 kWh (soit 30% de moins que la Tesla Model X), et devrait arriver en Europe et plus précisément en premier lieu au Danemark, là où la vente des voitures neuves en diesel et en essence devrait être interdite à compter de 2023. Une aubaine pour le constructeur chinois que certains se plaisent à appeler “le Tesla chinois”. NIO a développé le NIO Pilot, un système d’auto-pilote l’un des plus compétent du marché. Un service haut de gamme, une bonne qualité et une image premium lui ont permis de vendre plus de 40 000 voitures l’an dernier.

En Californie, on ne se dore pas la pilule

Si le soleil et la chaleur sont au rendez-vous dans cette région des Etats-Unis, les ingénieurs automobiles sont au charbon pour trouver comment performer en électricité. Les spécialistes californiens ont bien conscience que, dans les années à venir, la concurrence dans le monde de l’automobile électrique va être rude. Si Tesla a fait sa place dans le secteur, d’autres marques américaines souhaitent aussi se développer. C’est le cas de Rivian, Faraday Future, Canoo (les premières livraisons sont prévues en 2022) et Lucid Motors. Pour exemple, le très gros crossover Faraday Future FF91, ultra-performant (2,39 s de 0 à 100 km/h), pourrait finalement voir le jour en 2022 après des péripéties pour la marque et un investissement de plus d’un milliard de dollars soit 840 000 euros. Il faudra, à ces marques, rivaliser d’innovation et de technologie pour faire concurrence à Tesla, la start-up californienne devenue poids-lourd du secteur et au-delà même, un véritable symbole de la voiture électrique en 2021. La marque d’Elon Musk a atteint des chiffres records en 2020 avec près de 500 000 véhicules vendus. Preuve en est que le monde automobile est bel et bien en train de faire sa révolution. La voiture du futur sera électrique, autonome et connectée.

Chez Apple, le projet Titan, dont la marque à la pomme parle depuis 2014, semble enfin devenir plus concret. Tim Cook, le patron d’Apple, commencerait à l’évoquer doucement. Le secret est bien gardé sur la teneur exacte du projet Titan. S’agit-il d’un véhicule, d’une technologie autonome, seules les personnes étant dans les petits papiers d’Apple le savent et l’information est chasse gardée.

Et sur le vieux-continent alors ?

D’autres constructeurs 100% électrique commencent aussi à émerger. Au Pays-Bas, par exemple, la Lightyear One est une voiture équipée de panneaux solaires qui devrait être commercialisée d’ici la fin de cette année. Il s’agit d’une berline aérodynamique dont le toit est équipée de cellules solaires qui lui permettent de rouler de long mois sans être rechargée, une autonomie de 725 km et 7 000 à 20 000 km gagnés chaque année grâce aux rayons solaires sont annoncés. Lightyear est une start-up néerlandaise fondée en 2016. Elle a investi récemment plus de 45 millions de dollars dans la recherche et développement de nouveaux modèles. En Norvège, le premier constructeur automobile 100% électrique, Fresco Motors a déjà reçu plus de 3000 réservations pour son prototype.

En Croatie, c’est la marque Rimac qui s’impose avec son hypercar électrique RimacC_Two. Un véhicule qui affiche 1914 ch et 412 km/h au compteur, de beaux records pour un véhicule électrique. A ce jour, Porsche détient quasi un quart de la société, il y a donc fort à parier que les investissements et le développement continueront à être au rendez-vous dans les années à venir. Et, en Turquie, la création du TOGG (pour Türkiye’nin Otomobili Girisim Grubu »), permet au pays d’Erdogan d’avoir le premier constructeur national qui va produire une berline et un SUV électrique. Le patron de la société, Gürcan Karakas, a déjà fait savoir son ambition de s’imposer sur le marché dès 2022 et de développer une gamme électrique complète à horizon 2030. En France, nos marques aussi se lancent dans le 100% électrique et le succès est aussi au rendez-vous. Ce fut le cas avec le lancement de la Renault ZOE, la petite Citroën AMI accessible dès 14 ans, se veut aussi contribuer à cette révolution et l’inculquer dès le plus jeune âge. Le pari de l’électrique semble sur la bonne voie. Les moyens y sont mis en tout cas. L’avenir nous dira si le succès sera au rendez-vous.

Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut