Essai Kia e-Soul électrique 204ch e-Design

[Vidéo] Essai Kia e-Soul électrique 204ch e-Design : le SUV électrique roi de l’autonomie

Un SUV électrique, ou comment unir le segment le plus apprécié des automobilistes actuellement et la motorisation qui symbolise l’avenir. C’est ce pari que fait Kia avec ce e-Soul, c’est-à-dire le Soul de troisième génération. Lancée en 2019, cette génération n’existe qu’en électrique, d’où le « e » devant Soul ! Concurrent direct des Renault Captur ou Peugeot 2008 et DS3 Crossback en ce qui concerne le gabarit (4,20 m de long), il est un cousin « technique » du Hyundai Kona, avec qui il partage les mêmes motorisations et les mêmes batteries. Vous pouvez ainsi choisir soit un e-Soul de 39 kWh en batterie avec une motorisation de 136 chevaux, soit un e-Soul de 64 kWh en batterie avec une motorisation de 204 chevaux. C’est cette version-là, la plus huppée, que nous essayons aujourd’hui.

Kia e-Soul : une vie à bord « classique » mais agréable

À l’intérieur, notre modèle d’essai est noir et pas très joyeux. Il est cependant moderne avec un grand écran tactile de 10,25 pouces ou une molette en guise de levier de vitesse. La qualité de présentation est correcte, sans plus. On retrouve à bord du petit SUV du plastique moussé sur la partie supérieure de la planche de bord.

Mais il convient de noter que l’équipement est déjà plutôt complet sur cette finition intermédiaire « e-Design », aussi bien en sécurité qu’en confort. Pour avoir mieux, il est possible de se tourner vers la finition e-Premium avec une sellerie cuir et un pack extérieur spécifique plus agressif. Cette version reste toutefois réservée exclusivement à cette déclinaison 64 kWh du e-Soul.

Revenons à la version e-Design. On remarque la présence de palettes au volant, qui permettent de régler le niveau de récupération d’énergie au lever de pied – l’équivalent du frein moteur – avec une position automatique très réussie. Petit bémol sur l’ergonomie un peu compliquée au niveau des boutons du volant. En revanche, les menus de l’écran central sont clairs et recèlent tous les menus spécifiques aux électriques, comme la recherche de bornes de recharge.

À l’arrière, la bonne habitabilité est une belle surprise compte tenu du gabarit : l’espace aux jambes est supérieur à celui des Hyundai Kona EV ou DS3 Crossback E Tense. Le Kia e-Niro fait mieux. Cela est logique puisqu’il est positionné comme le « grand frère » de ce e-Soul.

Le volume du coffre atteint 317 dm3 selon nos mesures. C’est mieux que le Kona et le DS3 Crossback mais, là encore, logiquement moins que le Niro avec ses 450 dm3.

Une autonomie record et des accélérations de GTi

À bord de cet e-Soul, on profite de 204 ch et 395 Nm. Aucun bruit et un couple disponible de suite, c’est le charme que l’on connaît déjà de la voiture électrique. Mais ici, ce qui surprend, c’est la réactivité de l’ensemble. Avec les 395 Nm, ça décolle tout de suite assez fort. Si vous êtes généreux sur la pédale de droite, attention à la réaction du train avant qui perd en motricité et paraît un peu débordé.

Avec 8 secondes pour le 0 à 100 km/h et d’excellentes reprises à moyenne vitesse, ce Kia e-Soul peut laisser sur le carreau bon nombre de voitures thermiques. Ces performances lui permettent presque de rivaliser avec une 208 GTi. C’est dire.

Il s’agit donc d’un petit SUV agréable à conduire en termes de relances et de performances, toujours en douceur en ville grâce à l’absence de vitesse à passer.

Mais la performance ne fait pas tout. Si l’on s’intéresse à la partie châssis, on perçoit très vite des limites. Ce Kia e-Soul n’est ni très confortable, ni très dynamique.

De la puissance mais un châssis un peu décevant, qu’en est-il de son autonomie ? Il s’agit là clairement du point fort du Kia e-Soul. L’autonomie est tout simplement la meilleure selon nos mesures, avec 420 km en ville ou sur route ! Les Hyundai Kona EV et Kia e-Niro approchent ces chiffres, ce qui n’est pas étonnant sachant qu’ils utilisent les mêmes batteries et moteurs. Ce sont donc eux les concurrents les plus menaçants pour cet e-Soul. Si votre cœur balance entre le Kia e-Soul et le charme à la française incarné par le DS3 Crossback E-Tense, sachez que ce dernier n’atteint que 227 km d’autonomie selon nos mesures. Le e-Soul que nous essayons dans sa version 204 chevaux fait presque deux fois plus !

Le e-Soul est proposé à 43 300 €, soit un tarif inférieur au e-2008 GT, certes un peu mieux équipé. Il reste également plus abordable que le DS3 Crossback E-Tense Grand Chic, plus Premium, mais comme nous venons de le voir avec une autonomie quasiment divisée par deux. L’e-Soul est un excellent choix si vous cherchez un SUV électrique aujourd’hui, d’autant plus qu’il bénéficie en complément d’une garantie de sept ans.

Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut