Essai Porsche Cayenne Coupé 3.0 V6 462ch E-Hybride

[Vidéo] Essai Porsche Cayenne Coupé 3.0 V6 462ch E-Hybrid : le séduisant Cayenne dynamique et sportif

Tout comme le Macan, le Cayenne est un modèle capital pour Porsche. Les deux SUV sont les modèles les plus vendus dans le monde pour la marque, devant la mythique 911. Concurrent des BMW X5 ou Mercedes GLE, le Cayenne évolue avec cette troisième génération, désormais décliné dans une version « Coupé ». C’est le modèle que nous essayons aujourd’hui, clairement destiné à faire de l’ombre aux BMW X6 et Mercedes GLE Coupé.

Un Porsche Cayenne plus « dynamique et sportif »

Comme pour le X6 par rapport au X5, ce Cayenne Coupé se veut plus dynamique et plus sportif que le Cayenne classique. Concrètement, il est plus bas de 2 cm ce qui permet d’abaisser le centre de gravité. On retrouve également des voies élargies. Par ailleurs, il a droit à quelques spécificités : un becquet mobile de série ou un toit carbone, avec le Pack Sport de Conception allégée, pour réduire le poids total.

Le Cayenne coupé utilise les mêmes motorisations que le Cayenne normal. Il monte jusqu’à 680 ch sur la version turbo S hybride. Pour notre essai, nous découvrons une version qui se positionne de manière intermédiaire, à savoir la version E-Hybrid. Il s’agit d’une hybride rechargeable qui utilise un V6 turbo essence de 340 ch associé à une motorisation électrique, le tout développant une puissance cumulée de 462 ch.

Une qualité de présentation fidèle à Porsche

À l’intérieur, le Cayenne coupé et le Cayenne classique partagent la même planche de bord, avec le grand écran central tactile aux commandes un peu trop petites. On retrouve également le même combiné d’instruments où trône toujours le compte-tours en plein centre. La partie droite, numérique, permet d’afficher pléthore d’informations.

Le rendu est beau, mais le noir laqué fait beaucoup ressortir les traces de doigts. L’équipement est complet, aussi bien en matière de sécurité active qu’en confort, et les menus recèlent évidemment plusieurs éléments liés à l’hybridation. La molette sur le volant permet de passer directement en électrique, en hybride ou en mode sport, avec le moteur thermique toujours allumé.

Évidemment, avec Porsche, on profite d’une qualité de présentation impeccable, et le match face aux BMW X6 ou Mercedes GLE Coupé est serré sur ce point. Notons la présence d’une sellerie pied de poule en tissu, qui fait partie du pack Sport de Conception allégé. Le même qui permet, comme nous l’avons déjà vu, de disposer d’un toit carbone. Cette sellerie est historique puisqu’elle était celle de la première 911, et seul le Cayenne Coupé peut la recevoir aujourd’hui.

À l’arrière, on ne trouve que deux places seulement mais une bonne habitabilité malgré le toit au profil tombant. Sur notre modèle d’essai, les passagers à l’arrière peuvent disposer d’un réglage de climatisation individuel. En option, il est également possible de choisir une banquette trois places à l’arrière sans aucun surcoût.

Terminons cette revue de l’intérieur en évoquant le coffre dont le volume a été mesuré à 471 dm3. C’est peu, mais selon Porsche, cela s’explique car il s’agit d’une version hybride. En effet, les versions classiques possèdent un coffre avec un volume plus grand (environ 600 dm3).

Le Cayenne coupé, roi du dynamisme mais pas du confort

Le Cayenne coupé est un engin de 2,4 tonnes, selon Porsche, mais cela ne se sent absolument pas sur les petites routes sinueuses de montagne. Attention, notre modèle d’essai possède une configuration bardée d’options. Nous avons notamment droit au PDCC (Porsche Dynamic Chassis Control), c’est-à-dire l’anti-roulis actif, les quatre roues directrices, et tout un tas de choses qui font que la voiture pivote facilement et ne prend pas de roulis.

En comparaison avec un X6 ou un GLE Coupé, Porsche parvient à prendre la main et à vraiment disposer d’un véhicule dynamique, le tout en ayant un bon niveau de confort. Au Cayenne coupé le dynamisme, sans hésitation, mais aux rivaux allemands le confort.

Les 462 ch sont bien présents. La partie électrique fait fonction de boost et accompagne très bien la partie thermique. Sans l’aide de la batterie, la puissance peut parfois paraître un peu juste pour relancer. Mais, dès que celle-ci est rechargée, on retrouve un agrément de haute volée. Porsche annonce une autonomie en 100 % électrique de 32 à 36 km selon les équipements. Bonne surprise, lors de notre essai, nous avons mesuré 31 km réels. Cela est donc mieux que les 23 km du Volvo XC90 T8, concurrent le plus proche.

En ce qui concerne la consommation du moteur thermique, elle oscille entre 6,1 et 12,7 l/100 km. Cela est logique, car il s’agit d’une voiture hybride rechargeable, et la consommation est influencée directement par les cycles de rechargement. D’où la nécessité de brancher le plus souvent possible votre auto.

Côté tarif, le Cayenne Coupé est plus cher que le Cayenne « normal », mais il est mieux équipé et possède un statut plus exclusif. Il commence à 86 000 € avec le V6 essence de 340 ch sans hybridation. Notre Cayenne Coupé hybride atteint 98 000 € hors option. C’est 4 000 € de plus que le Cayenne normal hybride. Sans malus, dans les deux cas.

Partager l'article

2 commentaires pour “[Vidéo] Essai Porsche Cayenne Coupé 3.0 V6 462ch E-Hybrid : le séduisant Cayenne dynamique et sportif

  1. J’ai l’occasion d’essayer ce véhicule mon fils étant propriétaire de cette version en blanc comme votre modèle, performant pour un véhicule de ce poids ayant été moi même propriétaire d’une 997 phase 2 full options 👌👍

  2. Enfin un véhicule à la fois « écologique durable », adapté aux conditions de circulation courantes, ainsi qu’aux moyens économiques dont disposent les citoyens lambdas. Mais, vous avez raison, la vie serait trop triste, sans ces excès de consumérisme luxueux réservés à « l’élite » .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut