Renault Captur II 1.3i TCe 155ch Initiale Paris

[Vidéo] Essai Renault Captur II 1.3i TCe 155ch Initiale Paris : haut de gamme qui vise la concurrence allemande

Le Renault Captur a considérablement changé entre la première et la deuxième génération qui arrive. Le premier changement notable de l’extérieur est son gabarit. Ce nouveau Captur atteint 4,23 m, soit 10 cm de plus que la première génération et près de 20 cm de plus que la Clio 5 dont il dérive. On retrouve évidemment dans son design tous les traits des Renault modernes, comme le “C” implanté dans le bloc optique avant. Mais le changement le plus flagrant est la signature lumineuse à LED également en forme de “C” à l’arrière, ce qui est rare à ce niveau de gamme. Les motorisations proposées sont le diesel, l’essence et bientôt l’hybride en 2020. En essence, on retrouve un trois cylindres de 100ch en entrée de gamme, puis le bloc 1.3i TCe décliné en 130 et 155 chevaux. Retrouvez ici l’essai de la version tce 130ch du Captur 2. Nous essayons ici la version haut de gamme 155ch avec boîte EDC en finition Initiale Paris. Une déclinaison qui a la prétention de jouer dans la cour des petits SUV Premium. Pari tenu ? Oui !

De l’équipement de qualité pour le Captur II Initiale Paris

Cette version aux prétentions luxueuses accueille ses occupants avec un seuil de porte chromé et une sellerie en cuir partiellement matelassée du plus bel effet. On retrouve du cuir en inserts décoratifs sur la planche de bord, avec d’autres inserts façon bois. Cette planche de bord reprise de la dernière Clio progresse beaucoup en qualité de présentation. Elle devient plus flatteuse que celle d’un T-Roc et tient largement le niveau d’une Audi Q2.

L’écran central tactile de 9,3 pouces est en série sur cette finition haut de gamme et participe à l’effet flatteur de l’ensemble. Il comprend plusieurs nouveautés dont la recherche de points d’intérêt via Google, bien plus intuitive et facile que les POI classiques. Pour en profiter, une connexion Internet est tout de même nécessaire mais elle est payée pendant trois ans à l’achat du véhicule.

Le combiné d’instruments est numérique en série et personnalisable en fonction des modes de conduite. Mais la navigation avec cartographie est pour l’instant impossible sur l’écran derrière le volant. Notre modèle avec boîte de vitesses EDC reçoit une console centrale flottante sous laquelle se trouve un chargeur à induction pour smartphone. L’équipement est d’ailleurs très complet sur cette version avec le siège conducteur électrique, le volant chauffant et la plupart des aides à la conduite, dont la surveillance des angles morts.

Si l’ancien Captur était à la traîne en matière d’équipement, le nouveau a rattrapé tout le retard d’un coup ! Notons que le toit ouvrant reste en option même sur la version haut de gamme. À l’arrière, on retrouve avec plaisir la banquette coulissante sur 16 cm. L’habitabilité progresse pour l’espace aux jambes mais la garde au toit pourra paraître un peu juste pour les plus grands. Le coffre est annoncé à plus de 500 dm3 (banquette avancée) et 422 dm3 (banquette reculée), soit une progression de 80 dm3 en comparaison avec le Captur précédent.

Un moteur 1.3i TCe agréable, une boîte EDC encore perfectible

Au volant de ce Renault Captur II 1.3i TCe 155ch, le plus puissant de la gamme, on dispose de 270 Nm de couple. Voilà qui est presque trop pour le train avant qui, au démarrage, se laisse un petit peu dépasser lors d’accélérations franches. Les performances sont tout à fait satisfaisantes avec moins de 9 secondes pour le 0 à 100 km/h et de belles relances.

Comme avec la version 130 chevaux, il est inutile de monter dans les tours car le moteur n’y est pas très à l’aise et l’insonorisation est un peu juste. La boîte EDC à double embrayage est douce et rapide. Elle n’est toutefois pas parfaite au niveau de la gestion et un peu lente lors des manœuvres. Elle permet d’avoir un système de conduite presque autonome (semi-autonome), qui est notamment utile et efficace dans les bouchons avec centrage dans la voie.

Au niveau du châssis, par rapport au Captur précédent, on remarque énormément de changements. Sur cette version équipée de roues de 18 pouces, le Captur est beaucoup plus dynamique et les mouvements de caisse se font plus rares. Cela concerne aussi bien le tangage que le roulis. La direction est plus directe.

L’agrément de conduite est largement supérieur pour la partie dynamique, tout en gardant un bon niveau de confort. Il faudra cependant comparer avec les versions inférieures équipées de roues de 17 ou même 16 pouces.

Côté consommation, les chiffres annoncés sont de 5 litres/100 km en consommation extra urbaine, 5,5 litres/100 km en consommation mixte et enfin 7,5 litres/100 km en consommation urbaine.

Concernant les tarifs, Renault a d’abord communiqué le tarif des versions d’entrée de gamme avant de détailler les versions plus Premium. Notre Renault Captur II 1.3i TCe 155ch Initiale Paris essayé aujourd’hui est proposé au tarif de 30 800 €. Il faut ajouter à ce prix un malus écologique de 75 €. La variante Intens, c’est-à-dire une finition légèrement inférieure, est proposée à 27 300 €.

Si le prix de 30 000 € vous semble élevé, sachez que ce Captur est nettement monté en gamme et tient la comparaison avec certains concurrents allemands. À équipement équivalent, un T-Roc de chez Volkswagen ou un Q2 de chez Audi affichent des prix bien supérieurs, le dernier nommé dépassant même 40 000 €.

Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut