Alpine A110S 1.8T 292ch

[Vidéo] Essai Alpine A110S 1.8T 292 ch : la berlinette bodybuildée réservée au circuit

Depuis 2017, Renault fait revivre le glorieux nom Alpine. L’A110 est le symbole de cette renaissance. Synonyme de performances, d’agilité, elle incarne à merveille l’esprit de la marque. Son succès commercial est réel, mais deux limites se posaient déjà à son lancement. Tout d’abord, elle n’allait pas suffire à supporter le retour de la marque à elle seule. Un élargissement de la gamme allait être nécessaire (un suv Alpine ?). Deuxième limite, avec 252 ch, elle nous donnait un avant-goût, mais aussi l’envie de découvrir une version plus musclée. L’Alpine A110 S répond en partie à ces deux attentes. Elle ne se démarque pas de l’A110 classique de manière radicale, mais on passe de 252 ch à 292 ch ! Tirés du même bloc, le 4 cylindres 1,8 l turbo en position centrale arrière toujours associé à une boîte double embrayage à 7 rapports, elle apporte de la nouveauté bien nécessaire.

Alpine A110 : une version S qui sort les muscles

Commençons par observer cette Alpine A110S si longuement désirée. Esthétiquement, elle se reconnaît à plusieurs éléments : ce gris mat est spécifique à la version S, tout comme les étriers orange. Les drapeaux plus discrets en carbone et orange sur les montants arrière, et le lettrage Alpine qui devient « chrome noir » sont eux aussi des éléments distinctifs. La S est abaissée de 4 mm. Presque imperceptible à l’œil nu, ce détail est pourtant essentiel et apporte une touche de sportivité réelle.

À l’intérieur, certains détails changent. La principale différence avec la version « de base » vient de la couleur des surpiqûres. Là encore, on retrouve la teinte orange dans la S, par opposition au bleu de l’Alpine A110 classique. La planche de bord reprise de la Clio IV, déjà utilisée dans l’A110, est encore là et habillée de cuir. Nous avons le droit à un combiné d’instruments numérique personnalisable, notamment en fonction du mode de conduite, et un écran central avec des affichages façon télémétrie. Vous sentez l’ambiance circuit ?

Pour le confort, l’A110S reprend les sièges Sabelt qui offrent un maintien latéral remarquable. De série, l’A110S est équipée d’un système audio haut de gamme Focal, d’une caméra de recul et de la climatisation.

Les deux coffres (un à l’avant et un à l’arrière) cumulent à eux deux 185 dm3 selon nos mesures. Ce qui est très peu en comparaison avec ce que peut offrir le Porsche 718 Cayman (100 dm3 de plus).

Un gain de puissance dommageable ?

Au volant, l’A110S se démarque de l’A110 avec une puissance qui est en hausse. Mais le couple, lui, n’a pas bougé (320 Nm au même régime). Cela signifie que les reprises sont identiques, voire moins bonnes à cause des 15 kg d’embonpoint qui portent le total à 1126 kg. La différence se perçoit donc dans les tours, et il faut pousser la voiture dans ses limites. Au quotidien, la différence ne sera pas visible. Les gains en performance sont d’ailleurs ténus. L’A110S réalise en 5,1 secondes le 0 à 100 km/h et peut couvrir le kilomètre départ arrêté en 24 secondes. Cela signifie respectivement 1 dixième et 3 dixièmes de mieux que l’A110. L’A110S est donc toujours, comme la petite A110 classique, une rivale du 718 Cayman. En revanche, le Cayman S reste au-dessus en matière de performance.

L’A110S garde la très belle agilité de l’A110, ce qui est l’un des plus gros atouts de cette Alpine. Son tempérament joueur est toujours là mais avec des réglages plus fermes. La voiture est mieux maintenue, ce qui la rend encore plus précise et efficace. Mais cette évolution fait, logiquement, perdre en confort. Un jouet pour circuit, voilà ce que l’on veut proposer à Dieppe avec cette Alpine A110S.

Alors, à l’heure du bilan, notre constat est partagé : peu de gain en performance, une perte en confort, mais toujours l’agilité et l’allure Alpine. Cette A110S n’est à conseiller que si vous allez sur circuit. L’A110S est proposée à 66 500 €, soit entre 7 000 et 11 000 € de plus que la version 252 ch selon l’équipement. Un écart important pour un gain finalement modeste. Mais, répétons-le, elle sera la reine du circuit.

Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut