Essai Renault Zoe 2 R135 Intens

[Vidéo] Essai Renault Zoe 2 R135 Intens : la reine de l’électrique évolue

La Renault Zoé contre-attaque. La citadine électrique débarque avec une deuxième génération. Pas de révolution stylistique majeure pour la grande championne du segment, mais des évolutions techniques pour toujours plus d’autonomie.

Renault Zoé II : Une formule qui continue de séduire

La Renault Zoé conserve le même gabarit de moins de 4,10 m de long, mais évolue par petites touches. Les feux avant sont désormais 100 % à LED, même sur le premier niveau de finition appelé Life. La grille de calandre chromée apporte un côté plus statutaire, mais elle n’est livrée que sur le haut de gamme Intens. La progression la plus nette n’est pas à chercher sur le style, mais plutôt au niveau de la batterie. Celle-ci possède maintenant une capacité de 52 kWh utiles, contre 46 kWh pour la Peugeot e-208. Elle se décline en deux motorisations de 110 ou 135 ch. Voilà pourquoi la Zoé existe en deux versions, qui correspondent donc au niveau de puissance : R110 ou R135. Nous sommes aujourd’hui aux commandes de la R135, la plus puissante.

Sans basculer dans le Premium, la Zoé propose à l’intérieur des prestations enfin à la hauteur d’une citadine moderne. Alors, de série dès l’entrée de gamme, elle propose un combiné d’instruments numérique de 10 pouces personnalisable et un écran central tactile de 7 pouces compatible avec Apple Carplay et Android Auto. Notre modèle d’essai possède l’écran central de 9,3 pouces (en option). Les aides à la conduite modernes sont présentes et assez complètes sur cette finition Intens. Ecologie oblige, plusieurs éléments, dont le tissu de la sellerie ou certains plastiques sont issus du recyclage. Un choix qui nous évoque la BMW i3.

À l’arrière, là encore c’est une vraie stabilité en comparaison avec la première génération. L’habitabilité n’a pas changé par rapport à la Zoé première du nom. Elle reste bonne pour une citadine… Cependant, les sièges imposants à l’avant gâchent la vue des passagers à l’arrière. Le coffre baisse un peu en volume par rapport à la Zoé 1, tout en restant supérieur à 320 dm3 selon nos mesures. Pratique, un compartiment sous le plancher permet de ranger les câbles de chargement.

Renault Zoé 3 / Peugeot e-208 : le match est lancé

Au volant de cette Zoé R135, comme son nom l’indique, nous profitons de 135 chevaux. Le couple est de 245 Nm. Il en résulte une puissance et surtout un sentiment de poussée plus fort que sur les Zoé de première génération. La Peugeot e-208 fait mieux avec ses 260 Nm de couple (uniquement en mode Sport). En ville comme sur autoroute, la petite citadine relance bien. L’agrément en ville sans bruit et le couple disponible immédiatement sont de vrais atouts. Les batteries plus basses que sur d’autres modèles font baisser le centre de gravité et limitent le ressenti du poids. Malgré 1,5 tonne sur la balance, la Zoé ne donne pas du tout la sensation d’être lourde ou pataude. Moins d’agrément de conduite, moins de relance, de puissance et de sensations que dans la e-208, et des mouvements de caisse plus importants caractérisent cette Zoé. Mais sa direction est plus légère. Elle se révèle agréable en ville, plus douce à l’utilisation, mais cela est moins vrai sur route. Question de compromis. L’atout maître de la Zoé ? Son autonomie. Nos mesures donnent une autonomie de 320 km, et même 360 km en ville. C’est tout simplement la meilleure dans son genre sur ce critère, laissant derrière elle toutes les citadines électriques, dont les e-208, Honda e, Mini Cooper SE, BMW i3, Smart électrique ou encore la brochette Up/Mii/Citigo.

Une belle autonomie qui lui permet d’être la meilleure… mais une recharge indigne. De série, elle n’intègre qu’un chargeur de 22 kW et il faut débourser 1 000 € dans les options pour bénéficier d’un chargeur rapide de 50 kW. À titre de comparaison, une e-208 supporte en série une charge de 100 kW.

Parlons de prix. Comme pour la première, avec la Renault Zoé II vous aurez le choix entre louer les batteries ou acheter complètement la voiture, avec une différence de 8 100 €. La Zoé R135 en finition Intens, que nous essayons ici, est très bien équipée et démarre à 28 500 € avec batteries en location, ou à 36 600 € en achat intégral. Ce prix s’entend, à chaque fois, avant déduction du bonus de 6 000 €.

La version R110 démarre de son côté à 23 900 € en location ou 32 000 € en achat intégral en finition Life déjà correctement équipée.

Partager l'article

4 commentaires pour “[Vidéo] Essai Renault Zoe 2 R135 Intens : la reine de l’électrique évolue

  1. Les voitures électriques sont une escroquerie: je m’explique,
    On produit l’électricité avec du nucléaire ou des produits carbonés (pétrole gaz charbon)
    et il faut savoir que ainsi ce n’est pas de l’énergie primaire donc on consomme plus de ces produits pour avoir 1 KW que si on le faisait directement avec un moteur thermique !!
    De plus quid du recyclage des batteries ? quid des dégats environnementaux dus à l’extraction des terres rares ? et enfin cerise sur le gâteau, quelle autonomie et quel prix si on enlève les primes ….
    Bref consommer plus de pétrole et autres au total pour rouler dans un engin cher avec peu d’autonomie
    et dont la fin de vie pose problème…..

    1. La voiture électrique n’est effectivement pas la réponse parfaite à la pollution. Pour ma part, je dirais qu’elle est intéressante en milieu urbain : émissions de co2 réduites, bruit. Mais effectivement, il reste encore des aspects à améliorer.

  2. Dommage que cette (prétendue) citadine mesure plus de 4 mètres de long.
    En ville , compte tenu du stationnement les 2 critères principaux sont la longueur et le rayon de braquage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut