Essai BMW i3 électrique 170ch iLife Loft

[Vidéo] Essai BMW i3 170ch iLife Loft : la citadine électrique qui ne trouve pas sa place

La BMW i3 ne fait pas partie du « Top 3 » des voitures électriques les plus vendues en France en 2019. Derrière les Renault Zoé, Tesla Model 3 et Nissan Leaf, c’est bien elle qui se retrouve au pied du podium. En cause, peut-être, son positionnement qui oscille entre citadine et monospace. Longue de 4 m, celle qui est apparue en 2013 et a eu le droit à un restylage en 2017 se dote aujourd’hui de nouvelles batteries. En 7 ans, nous sommes passés de batteries de 22.6 kWh à 33 kWh, et maintenant 42,2 kWh de capacité embarquée. La i3 a quasiment doublé la capacité de ses batteries (la capacité utile est de 37,9 kWh) mais cela reste toujours insuffisant face aux Renault Zoé et Peugeot e-208, qui affichent respectivement 51 et 47 kWh. Nous essayons aujourd’hui cette version dont l’autonomie annoncée varie entre 285 et 310 km en cycle WLTP, selon la taille des roues.

Une vie à bord différente pour les passagers avant et arrière

On pénètre à bord de la BMW i3 par des portes à ouverture antagoniste des deux côtés, comme dans une Rolls-Royce. Cela est assez rare et luxueux, et mérite d’être signalé. Pour le côté pratique, il faut d’abord ouvrir la porte avant pour pouvoir ouvrir celle de l’arrière… Ce qui n’est pas toujours logique. Les portes ouvertes laissent voir la structure en PRFC, Plastique Renforcé de Fibres de Carbone, un choix qui permet d’alléger la voiture.

Lorsque l’on se place au volant, on peut bénéficier d’un grand écran central et d’un autre plus petit en face de nous. La molette centrale et les menus sont typiques de BMW. Les matériaux employés sont inhabituels avec du plastique recyclé sur les contre-portes, afin de parfaire l’image vertueuse de la i3. L’ensemble de l’intérieur n’a pas évolué depuis la présentation du modèle en 2013, mais le tout est encore très actuel.

On trouve dans cette i3 une excellente sensation d’espace, mais le côté « Premium » est absent. À l’arrière, il n’y a que deux places seulement, avec un espace aux jambes comparable à celui d’une Renault Zoé mais supérieur à celui d’une DS3 Crossback E-Tense.

Les vitres arrière sont fixes. Voilà qui tranche radicalement avec le soin apporté pour les passagers avant. Les places arrière ne sont clairement pas les meilleures. Le coffre a été mesuré à 220 dm3, ce qui est vraiment petit et même inférieur à ce que propose la citadine de poche, la VW e-Up !

Un bon comportement routier, mais un prix décalé

Au volant de cette BMW i3, commençons par des particularités : avec le sélecteur de vitesses sur Drive, il n’y a pas de rampage. En clair, la voiture n’avance pas toute seule, et il faut appuyer légèrement sur l’accélérateur pour qu’elle commence à se mouvoir. Une particularité relativement déroutante.

Autre particularité, sur les voitures électriques, le « frein moteur » s’active avec plusieurs niveaux possibles lorsque l’on enlève le pied de l’accélérateur. Ici, il n’y en a pas. Pour le reste, cette i3 propose 170 ch, 250 Nm de couple et des performances tout à fait correctes. Sur l’exercice du 0 à 100 km/h, il ne lui faut que 8,3 secondes, ce qui est très bien pour une voiture qui pèse un peu plus de 1300 kg, grâce à l’utilisation de carbone. À titre de comparaison, une Zoé pèse 200 kg de plus environ. Les relances sont bonnes, mais toutefois assez limitées sur autoroute.

La i3 est une voiture clairement typée confort et se veut polyvalente. La preuve, elle dispose d’un très bon rayon de braquage qui va grandement faciliter les manœuvres en ville. Le nerf de la guerre, avec les véhicules électriques, reste pour l’instant l’autonomie : annoncée à environ 300 km, nos mesures la font tomber à 217 km. La Renault Zoé propose plus de 300 km d’autonomie, une Kia e-Soul affiche elle presque 400 km. La DS3 Crossback est en revanche juste au-dessus avec 227 km.

Notre modèle d’essai hors option coûte 44 450 €, soit juste en-dessous du seuil des 45 000 € qui fait passer en 2020 le bonus écologique de 6 000 à 3 000 €. Donc, à la moindre option, le bonus ne sera plus que de 3 000 € sur cette i3 bien trop chère. Au même prix, nous vous recommandons de vous tourner vers une Hyundai Kona EV ou une Kia e-Soul qui sont plus puissantes, dotées de batteries plus généreuses et dont l’autonomie est largement supérieure. Vous bénéficierez en plus d’un meilleur équipement de série et d’une habitabilité nettement plus généreuse.

Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut