Skoda Superb Combi 1.4 TSI PHEV 218 Sportline

[Vidéo] Essai Skoda Superb Combi 1.4 TSI PHEV 218 Sportline : le break hybride rechargeable idéal !

Il faut bien une première ! La Skoda Superb Combi 1.4 TSI PHEV que nous essayons aujourd’hui est la toute première hybride rechargeable de la marque. Elle s’identifie facilement avec son badge « iV », qui désigne les Skoda électrifiées. Si la Superb inaugure cette technologie du côté du constructeur tchèque, elle ne sera bientôt plus la seule, car l’Octavia hybride rechargeable est en préparation. Déclinée en berline ou en break (comme c’est le cas avec notre version d’essai), elle reprend les dessous techniques de la Volkswagen Passat GTE avec un 1,4 TSI associé à un moteur électrique pour une puissance cumulée de 218 ch. La batterie de 13 kWh permet, selon les chiffres du constructeur, 56 km d’autonomie électrique. Essai.

Skoda Superb hybride rechargeable : une vie à bord exceptionnelle

Débutons notre découverte de l’intérieur en basculant non pas aux places avant ou arrière, mais dans le coffre. Pourquoi ? Car les hybrides rechargeables ont tendance à venir grignoter l’espace disponible pour venir nicher les batteries. Est-ce le cas ici ? Oui, le coffre de la Skoda Superb a perdu 75 dm3 par rapport à celui des versions thermiques. Pas de quoi toutefois crier au scandale, car il reste très généreux avec 581 dm3 et des formes très faciles à utiliser.

Le plancher cache un compartiment pour ranger les câbles de recharge, ce qui est très pratique. Cette version Combi reste excellente en capacité de chargement, toujours un choix judicieux si vous cherchez une voiture dans laquelle embarquer beaucoup, beaucoup de choses.

Pour les passagers, aucune place n’est perdue par rapport aux autres Superb. L’espace aux jambes est bon et l’on trouve de quoi être très à l’aise, façon Mercedes Classe S. Seule la garde au toit perd quelques centimètres car la banquette est installée un peu plus haut. La place centrale n’est clairement pas la plus confortable, et est donc à réserver pour les trajets courts, en appoint.

Continuons notre découverte à l’avant avec l’apparition de la touche « e-mode ». Celle-ci permet de commander les différents modes de conduite entre 100 % électrique ou hybride, et maintien de charge ou recharge. Seul petit bémol au sujet du fonctionnement, on ne retrouve que deux niveaux de récupération d’énergie : au lever de pied en mode électrique ou via le levier de vitesse et les positions D ou B. La finition Sportline de notre Superb est bien dotée, la planche de bord toujours très soignée.

Un comportement typé confort pour un break familial réussi

La Superb hybride rechargeable Combi affiche sur la balance quelques 1 800 kg, soit 150 kg de plus qu’une version TDI 150 DSG. Ce surpoids est même encore plus important avec une TSI 150 DSG, l’hybride rechargeable affichant un excédent de 250 kg ! Les performances sont par conséquent en retrait mais restent honorables. 7,8 secondes selon nos mesures pour le 0 à 100 km/h. De plus, il est possible d’aller jusqu’à 140 km/h en mode électrique. Avec ses 218 ch et 400 Nm de couple (le tout en mode Sport), la Superb est agréable à mener. On sent le boost électrique et les relances sont efficaces. Les différentes transitions entre les modes sont bien gérées, entre l’électrique pur, le boost électrique, le mode de recharge, etc. Pas de saccades ou d’effet de surprise. L’autonomie 100% électrique réelle mesurée par nos soins est de 38 km, soit moins que les 56 km annoncés.

Parlons de la consommation : nous avons vu des chiffres basculer de 3,7 litres / 100 km en moyenne batterie pleine jusqu’à 11 litres / 100 km en mode recharge. Pas de quoi en tirer une conclusion, une hybride rechargeable n’est intéressante que si vous la rechargez très souvent ! Vous pourrez ainsi profiter de son appétit en carburant réduit.

En ce qui concerne son châssis, cette Superb Combi PHEV est clairement typée confort. Un peu molle, elle multiplie les mouvements de caisse mais filtre très bien les inégalités. Un mot caractérise son comportement, la souplesse. Nous sommes loin d’une bête de piste ou même d’une compacte avec laquelle on aime enchaîner les virages rapides. C’est une berline – ou un break avec notre Combi – dont l’objectif principal est d’emmener votre famille et vos bagages dans de bonnes conditions de confort et de sécurité. Mission totalement réussie.

La Superb hybride rechargeable débute à 44 000 € en berline et finition Style, et monte à 47 000 € en finition Sportline. Pour le break Combi comptez 1 100 € de plus, soit 48 100 € pour cette version d’essai. Toutes ces versions ont droit au bonus écologique de 2 000 €, auquel échappe la finition prestigieuse Laurin et Klement (le prix dépasse le plafond imposé de 50 000 €, à 52 000 € en break).

Partager l'article

2 commentaires pour “[Vidéo] Essai Skoda Superb Combi 1.4 TSI PHEV 218 Sportline : le break hybride rechargeable idéal !

  1. C’est quand même cher,ce n’est pas pour les petits porte-feuilles.je ne l’essaierai même pas,le principe hybride m’intéresse,mais comme une occasion.

  2. Cher, technologie dépassée qui a déjà plusieurs années dans le groupe. Même pas une once d’évolution pour la capacité de la batterie…. Il faudrait 18/20kw/h pour que ce soit intéressant. Comme vous le dites une hybride rechargeable est intéressante lorsqu’on la recharge souvent. Quelqu’un qui a 30km pour aller travailler ce qui est assez courant ne peut même pas rentrer en électrique le soir…. Ou alors à avoir la possibilité de charger au travail et de charger 2 fois par jour ! Super contraignant ! En plus on pert le système haldex? Donc fini la version 4×4 et aucune reflection pour placer un moteur électrique à l’arrière. Bref je passe mon tour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut