Essai Seat Leon 1.5 TSI 150ch Xcellence

[Vidéo] Essai Seat Leon 1.5 TSI 150ch Xcellence : une quatrième génération qui s’affirme toujours plus

La Seat Leon continue sa carrière et est proposée depuis le début de l’année 2020 avec sa quatrième itération. Que le temps passe. La berline compacte arrivée en 1999 ne cesse de grandir. Par rapport à sa devancière, elle gagne cette fois 11 cm en longueur et notamment 5 cm pour l’empattement ! Le design est également plus marqué avec des lignes saillantes. Cette Leon IV est déclinée en berline et break et utilise la même plateforme que la Volkswagen Golf 8 (MQB-Evo), dont elle reprend les motorisations. La gamme essence est composée pour le moment d’un bloc trois cylindres 1,0 litre de 110 chevaux, d’un 1,5 litre e-TSI de 150 chevaux avec micro-hybridation associé à une boîte DSG, et enfin d’un 1.5 litre TSI à désactivation des cylindres, associé à une boîte manuelle à six rapports. C’est ce dernier que nous essayons, avec la finition Xcellence, troisième niveau sur quatre disponibles.

Seat Leon : un meilleur intérieur que la Golf ?

À bord, on découvre un monde tout digital qui évoque évidemment la Golf, dans laquelle la plupart des boutons physiques ont disparu. On n’y trouve pas de molette pour la gestion des feux, et même le toit ouvrant a le droit à une commande tactile. Le combiné d’instruments est numérique et personnalisable. L’écran tactile de 10 pouces sur cette finition Xcellence est généreux, supérieur à celui de 8,25 pouces sur les finitions inférieures. Les menus de cet écran central sont spécifiques à Seat et demandent un petit temps d’adaptation, mais on apprécie la possibilité d’un écran d’accueil en trois parties personnalisables.

Il faut l’avouer, la qualité de présentation est plutôt bonne. Est-on à bord d’une Golf ? On en vient à se le demander parfois. Avec un peu moins de noir laqué que chez la cousine allemande – qui n’est pas toujours flatteur – l’intérieur est une vraie réussite. À l’arrière, l’espace aux genoux progresse. On voit ici les conséquences de l’empattement en hausse. Deux adultes même grands peuvent prendre leurs aises à l’arrière, où ils profiteront en plus d’une commande séparée de climatisation et de prises USB type C. Dans sa catégorie, la Seat Leon est celle qui offre le plus de place à ses occupants à l’arrière. Le coffre progresse également pour se situer dans la moyenne de la catégorie. La Golf comme la 308 font mieux par exemple.

La Leon pas encore au niveau de la 308

Au volant de cette Seat Leon, avec des roues de 18 pouces et une suspension pilotée pour notre essai, on découvre une conduite un peu ferme. Oui, la Leon est plus dynamique que la Golf, tout en gardant un confort assez perceptible. La suspension pilotée, dotée de 15 positions, est une déception. On pouvait s’attendre à ressentir des différences majeures, et avoir une Leon ferme ou très “molle”. Mais d’un extrême à l’autre, on ne note pas de grande différence.

Retenez ainsi que la Leon est un peu plus dynamique qu’une Golf mais conforme à l’image de la Leon, si vous avez déjà essayé ce modèle par le passé. La 308 et son excellent compromis reste la référence.

Le bloc 1,5 litre TSI 150 permet de réaliser en 9 secondes le 0 à 100 km/h et 30,3 secondes le kilomètre départ arrêté. L’ensemble est suffisant, mais ce n’est pas ce qui se fait de mieux dans la catégorie. On peut regretter des rapports de boîte très longs qui étouffent la bonne volonté du moteur. La commande de boîte manuelle est pourtant agréable et efficace. Si vous avez en tête une image sportive de la Leon, cette version n’est pas pour vous. Il vous faudra attendre les versions plus puissantes.

En matière de consommations, les chiffres sont bons pour la catégorie (5,0 litres / 100 km en cycle mixte, 4,2 litres / 100 km en extra urbain et enfin 6,4 litres / 100 km en urbain) et parmi les meilleurs hors modèles avec hybridation. Mais une Golf avec le e-TSi de 150 ch consomme 0,5 litre de moins selon nos mesures.

Du côté des tarifs, la Leon se place bien à 28 490 € pour notre modèle d’essai hors option et 21 490 € en entrée de gamme avec le 1,0 litre TSI 110. Les Golf, 308 ou Mégane sont plus chères à équipement équivalent. Les concurrentes directes en matière de prix sont les Ford Focus ou Opel Astra, également très agressives sur ce point.

Partager l'article

2 commentaires pour “[Vidéo] Essai Seat Leon 1.5 TSI 150ch Xcellence : une quatrième génération qui s’affirme toujours plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut