Essai Skoda Octavia 2.0 TDI 150ch FAP Style

[Vidéo] Essai Skoda Octavia 2.0 TDI 150ch FAP Style : une quatrième génération dans la continuité

Voici la quatrième génération de la Skoda Octavia moderne qui débarque : une voiture importante pour la marque tchèque. En 2019, l’Octavia a été son modèle le plus vendu dans le monde. Pour cette nouvelle mouture, l’Octavia partage de nombreux organes avec la Golf 8 et les quatrièmes générations de Seat Leon et Audi A3. L’Octavia est historiquement une sorte de Golf plus habitable avec notamment un coffre généreux et un prix d’attaque moins élevé. Cette promesse est-elle encore d’actualité avec cette nouvelle génération ? Allons essayer la version 2.0 TDI 150ch FAP Style pour en avoir le cœur net.

Un confort à bord en hausse, une progression marquée

Comme cela était déjà le cas sur la précédente génération, l’Octavia est proposée avec de très nombreuses déclinaisons, tant en ce qui concerne les moteurs que la transmission et l’ensemble boîte de vitesses. On retrouve, par exemple, des motorisations avec une plage de puissance qui s’étale de 110 à 245 chevaux. Il est aussi possible de choisir entre des versions deux ou quatre roues motrices, affublées selon les cas d’une boîte de vitesses manuelle ou DSG. On retrouve même deux déclinaisons hybrides rechargeables, chacune étant disponible en berline ou en break.

Pour notre essai, nous avons droit à la version diesel de 150 chevaux avec une boîte DSG. C’est bien ce modèle qui devrait représenter une bonne part des ventes. À bord, on découvre un nouveau mini-levier de vitesses (sur les versions à boîte DSG) qui n’est pas sans nous rappeler celui de la Golf 8. En série sur les finitions hautes ou en option selon les versions inférieures, l’affichage tête-haute devient disponible. Une première chez Skoda.

L’intérieur est nettement modernisé avec notamment des touches comme dans la Golf 8 pour la gestion des feux. L’écran central – ici de 10 pouces – possède des graphismes et des menus revus. Il en est de même concernant la gestion de la climatisation ou des aides à la conduite. Le combiné numérique déjà présent par le passé se voit maintenant intégré dès le deuxième niveau de finition. La montée en gamme numérique est donc réelle.

En ce qui concerne le confort, vous pouvez décider d’équiper votre Skoda Octavia de sièges massant et ventilés. Globalement, la qualité de présentation, les matériaux et l’assemblage sont excellents. Lors de notre essai, nous avons apprécié l’aspect soigné de plusieurs boutons chromés, ainsi que le design des portes qui tirent l’ensemble vers le haut.

À l’arrière, l’habitabilité n’a pas évolué par rapport à la génération précédente et reste donc dans la bonne moyenne de la catégorie. Avec 581 dm3 mesurés par nos soins, le coffre perd un peu en volume en comparaison avec l’ancienne génération, mais il reste tout de même généreux. Il est légèrement inférieur à une Renault Talisman par exemple.

Un ensemble mécanique sans nouveauté

Si les changements sont nombreux à bord, il faut reconnaître qu’au volant, on se retrouve en terrain connu. Cette version TDI 150 ne surprend pas, car on retrouve des sensations de conduite comparables à la génération précédente. Cela est logique puisque le moteur, la boîte de vitesses et la plateforme sont les mêmes. Lors de notre essai, nous avons remarqué parfois quelques à-coups de la boîte lors des rétrogradages en décélération. Un détail qui n’existait pas auparavant. Cette dernière possède de l’allonge, accélère bien et a du couple. En choisissant notamment la boîte DSG, on dispose d’un couple de 360 Nm, soit un peu plus que sur les versions en boîte manuelle (340 Nm).

Pour la partie châssis, notre voiture d’essai avait des suspensions pilotées mais l’ensemble reste typé confort. Même en allant chercher la limite et en basculant, par exemple, sur le mode Sport, la voiture reste sage. Son tempérament est celui d’une bonne familiale saine et sûre, pas d’une sportive rageuse. Selon nos mesures, les consommations sont tout simplement les meilleures de la catégorie avec 5,3 l / 100 km de moyenne (pour la version break).

Au lancement, la nouvelle Octavia affiche des tarifs qui évoluent à la hausse d’environ 1 500 à 2 000 € par rapport à sa devancière. En cause, un équipement supplémentaire. Notre modèle d’essai est facturé 34 300 € avec son TDi 150 et la boîte de vitesses DSG en finition haut de gamme Style. Une Golf 8 à motorisation et équipement équivalents est plus chère.

Il est possible de conserver le même ensemble mécanique mais de rogner un peu sur les équipements en choisissant la finition Ambition pour 30 500 €. La Tchèque est une réelle alternative aux Renault Talisman, Peugeot 508 ou Ford Mondeo, et s’affirme de plus en plus face à sa cousine la Golf.

Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut