Essai Mercedes Classe A 250 e EQ POWER AMG Line

Essai Mercedes Classe A 250 e EQ POWER AMG Line : l’hybride rechargeable de Mercedes

La Mercedes Classe A 250 e est la déclinaison hybride rechargeable de la Classe A 250, qui est une voiture thermique essence. Chez Mercedes-Benz, le petit « e » est le signe de l’électrification. Concrètement, la Classe A est ici dotée d’un moteur 1,3 litre turbo essence de 160 ch, développé conjointement avec Renault et associé à un moteur électrique de 102 ch. La Classe A hybride rechargeable développe une puissance cumulée de 218 ch et vient directement concurrencer la quatrième génération d’Audi A3. Celle-ci n’est pas encore arrivée sur nos routes mais se prépare à débarquer avec des versions hybrides rechargeables de 204 et 245 ch (les mêmes motorisations que la Golf 8 GTE). Chez BMW, une Série 1 avec la même motorisation que la Série 2 225 Xe devrait aussi arriver. Mercedes-Benz tire le premier.

Mercedes Classe A 250 e, le Premium à bord toujours efficace

À l’intérieur, on découvre une Mercedes-Benz Classe A « normale » à quelques détails près. Comme toujours avec les voitures hybrides rechargeables, nous avons le droit à des affichages dédiés indiquant, entre autres, les flux d’énergie ou l’autonomie restante en électrique. Parmi les modes de conduite, on trouve également des modes spécifiques, dont le 100 % électrique ou le « battery level », qui permet le maintien de charge mais pas la recharge en roulant.

Les palettes au volant permettent en mode électrique de faire varier l’intensité de la récupération d’énergie au lever de pied, avec un mode automatique très bien fait. La qualité de présentation est flatteuse. Comme avec la plupart de ses modèles, Mercedes-Benz joue ici la carte du high-tech et, il faut l’avouer, le pari est réussi. Le tout est convaincant visuellement. Signalons également la présence de l’une des meilleures commandes vocales du marché.

À l’arrière, l’habitabilité est bonne pour la catégorie, bien que l’on ne dispose pas d’un espace très généreux. Le coffre perd en revanche l’espace de rangement sous le plancher à cause du passage à l’hybride rechargeable. Le volume est réduit de 63 dm3 par rapport aux versions thermiques pour descendre à 300 dm3. Si ce volume vous paraît faible, sachez que les précédentes générations de Golf GTE ou d’Audi A3 e-tron ne faisaient pas mieux.

Un bon confort de conduite, des performances électriques remarquables

Au volant de cette Classe A 250 e hybride rechargeable, on retrouve 218 ch et 450 Nm de couple mais il n’est pas du tout question de parler de sportive. Pour trouver une Classe A qui penche clairement dans la sportivité dans la gamme, il faut se tourner vers les 35 AMG ou 45 AMG. Ici, même si la fiche technique semble séduisante et donne des velléités sportives, la vocation première est de vous faire consommer le moins possible si vous prenez la peine de recharger la batterie. Pour le 0 à 100 km/h, on est à 7 secondes batteries pleines et 7,2 secondes batteries vides. Le niveau de recharge ne modifie donc que très peu la puissance disponible, de l’énergie étant toujours stockée pour ce coup de boost électrique qui vient aider le moteur thermique.

Plus lourde de 200 kg par rapport aux versions thermiques, cette Classe A 250 e dépasse les 1 700 kg mais n’en devient pas pour autant pataude, ni trop ferme. La configuration pour notre essai (EQ POWER AMG Line) nous permet de bénéficier de roues de 18 pouces mais pas de suspensions pilotées. Le tout se révèle confortable. On remarque un meilleur compromis que sur les versions AMG Line avec des roues de 19 pouces qui étaient fermes. On regrette en revanche, à l’usage, le démarrage du moteur thermique en mode hybride qui est bien trop bruyant, surtout avec le positionnement Premium de la voiture. Autre limite sur un véhicule Premium, certes la récupération d’énergie variable est très bien calibrée, mais la pédale de frein a une consistance assez variable. Par conséquent, à chaque nouveau freinage ou presque il faut s’adapter. Cela est déroutant.

Une Classe (A)bordable

Terminons notre essai sur une note positive, en évoquant l’autonomie électrique. Notre Classe A 250 e EQ POWER AMG Line a tenu 56 km entièrement en électrique (contre 71 annoncés), ce qui constitue un excellent score. Il s’agit d’ailleurs, à ce jour, de l’un des meilleurs scores toutes hybrides rechargeables confondues. Un bon score, donc, qui permet de bénéficier du bonus de 2 000 € puisque la voiture ne dépasse pas 50 000 €. Notre modèle d’essai, hors options, est proposé à 43 550 €, ce qui en fait une version plus abordable que la Classe A 220d de 190 ch, une fois le bonus déduit.

Bonne nouvelle, la Classe A berline, la CLA, la CLA Shooting Brake et le GLA vont recevoir cette dotation mécanique hybride-rechargeable. À chaque fois, le tarif sera inférieur à 50 000 €.

Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut