Audi A6 Tdi 204ch avus extended

[Vidéo] Essai Audi A6 40 2.0 TDI 204ch Avus Extended 2019 : que penser du quatre cylindres face au « noble » V6 ?

La cinquième génération d’Audi A6 se place dans la gamme des berlines entre l’A4 et l’A8. Il s’agit d’une routière concurrente des Mercedes Classe E et Bmw Serie 5. La gamme de motorisations de cette routière comporte bien sûr des V6 mais commence avec des quatre cylindres en essence comme en diesel. Le plus petit moteur diesel est le 35 TDI, un quatre cylindres 2 litres de 163 ch. Notre version d’essai est aussi un quatre cylindres, la 40 TDI de 204 ch. Ces motorisations sont à associer à une transmission à deux ou quatre roues motrices, ce qui n’est pas le cas avec les V6, obligatoirement associés aux quatre roues motrices. De même, les V6 sont accolés à des boîtes automatiques à convertisseur (Tiptronic), alors que les quatre cylindres sont associés à des boîtes double embrayage S-Tronic. Le but de ces versions est de proposer des voitures moins chères, tant à l’achat qu’à l’usage. Sans rogner sur l’agrément de conduite et le plaisir ? Essayons.

Notre essai de l’Audi A6 40 TDI 204ch

Audi A6 Avus Extented : du digital sous les yeux !

A l’intérieur nous découvrons sur notre version d’essai la finition haut de gamme Avus Extended avec plusieurs options. Entre la qualité des matériaux et l’assemblage soigné, rien à dire. En plus, le côté high-tech est évident avec le double écran central tactile : celui du haut pour le multimédia et celui du bas pour la climatisation et quelques autres réglages. Ils accompagnent le « Virtual cockpit » de série sur cette version de même que l’affichage tête haute. A l’arrière l’habitabilité est généreuse et comparable aux Mercedes Classe E ou BMW Serie 5, mais une Volvo S90 en offre plus pour les passagers arrière. Pour le coffre, cette A6 est l’une des meilleures élèves de la catégorie en volume utile même si une Skoda Superb propose encore bien plus.

Au volant de cette A6 40 TDI avec son quatre cylindres ici avec deux roues motrices à l’avant, la comparaison est rapide à effectuer avec l’A6 V6 45 TDI. Les consommations sont en faveur du quatre cylindres, le gain de poids lié au bloc et à la transmission est visible. Le dynamisme de conduite est équivalent ou presque. Idem en ce qui concerne le confort, peu de différences entre les deux versions. La boîte S-Tronic à 7 rapports avec son enchainement plus rapide est plus véloce que la Tiptronic. Du positif.

Mais cette version quatre cylindres a des limites : on remarque des pertes de performances évidemment en comparaison avec le V6. La puissance est suffisante au quotidien mais dans ce genre de véhicules, on attend aussi de l’agrément mécanique… qui manque. Tant pour les performances mais aussi les reprises ou la sonorité, cette version est en retrait. Le 45 TDI correspond beaucoup mieux à l’Audi A6 et à sa personnalité.

En termes de consommations la promesse est tenue car on consomme avec cette version quatre cylindres deux roues motrices au moins 1 litre aux 100 km de moins que dans la plus petite des versions V6. Par rapport aux BMW 520d ou aux Mercedes Classe E 220d, l’Audi A6 est sensiblement plus gourmande à la pompe tout en étant moins performante…

Côté tarifs, la moins chère des Audi A6 diesel démarre à 48 000 € (35 TDI de 163 ch) et la 40 TDI monte à 51 000 € en deux roues motrices et finition d’entrée de gamme. Notre modèle d’essai en finition haut de gamme dépasse les 70 000 €, soit plus de 19 000 € d’équipements. Une 45 TDI avec le V6 de 231 ch un peu moins bien équipée et certes moins sobre mais beaucoup plus agréable à conduire nous semble être le meilleur choix.

Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut