Peugeot_3008
Crédit Photo : PEUGEOT

Le Peugeot 3008, seul sur la planète SUV

Des SUV, il est le roi. Actuellement dans sa seconde génération, le Peugeot 3008 connaît des performances commerciales excellentes. En 2020, Peugeot a écoulé 45 165 exemplaires de son 3008, toutes motorisations comprises et restylage 2020 inclus. Un excellent chiffre malgré une année marquée par la pandémie de Covid-19 et un recul fort pour tout le secteur. 2021 devrait être une année avec de nouveau d’excellents résultats.

Le Peugeot 3008, champion des SUV compacts

Sur le segment pourtant très concurrentiel des SUV compacts, le Peugeot 3008 fait figure d’ultra dominateur. Présenté à la mi-2016, il a ensuite enchaîné les années en étant toujours parmi les quatre meilleures ventes en France. Sa seule contre-performance fut notée en 2020, année très particulière marquée par la pandémie de Covid-19. Il n’était alors « que » le septième modèle le plus diffusé en France.

Restylé depuis le début de l’année 2021, le 3008 semble connaître une seconde jeunesse. Un temps menaçant et venant piquer une part de sa clientèle, le nouveau 2008 se contente d’observer l’excellente dynamique de son grand frère depuis maintenant plus de cinq années. VAG a pourtant de solides concurrents avec les Tiguan, Ateca et Karoq, mais aucun ne parvient à lutter. Le nouveau Qashqai pourrait bien être le principal opposant, mais son offre de motorisation restreinte ne lui permet pas de toucher une cible pourtant essentielle : les professionnels. Car au-delà de la clientèle particulière, le 3008 séduit aussi les « pro » grâce à plusieurs moteurs diesels ou encore à une version hybride rechargeable.

L’avenir du Peugeot 3008

Le restylage de mi-carrière maintient les ventes à haut niveau, mais la concurrence continue de s’affûter. Ainsi, la plus forte opposition pourrait venir du clan Renault avec le futur Kadjar. Avec un style beaucoup plus tranché et les ambitions retrouvées du constructeur au losange, cette deuxième génération esquissée depuis une feuille blanche pourrait enfin donner lieu à un match équilibré.

On retrouvera à bord de celui-ci le nouvel agencement inauguré par la Mégane électrique. Surtout, Renault ne compte pas brider son offre en ce qui concerne les motorisations. Essence, hybride, hybride rechargeable, il faut s’attendre à une démonstration. Mais d’ici à la sortie de ce Kadjar II (vraisemblablement à la fin de l’année 2022 ou au début de l’année 2023), Peugeot annoncera le nouveau 3008. Un trône, ça se défend !

Un 3008 toujours moderne

Pour rappel, le Peugeot 3008 est disponible en cinq niveaux de finition : Active, Allure, Allure Pack, GT et GT Pack. Plusieurs séries spéciales sont également au catalogue. C’est le cas de la version Style (basée sur Active) ou de Roadtrip (série spéciale basée sur la finition Allure). 

Les tarifs du Peugeot 3008 commencent à partir de 31 450 € pour la version PureTech 130 S&S BVM6 en finition Active. La même version équipée du moteur diesel (BlueHDi 130 S&S BVM6) nécessite elle 33 850 €. Au sommet de la gamme, on retrouve la déclinaison HYBRID4 300 e-EAT8 GT Pack à 55 800 €. 

 

Si vous souhaitez acheter un modèle neuf de Peugeot 3008 à prix réduit, consultez le catalogue d’Elite Auto, mandataire auto spécialisé.

Partager l'article

2 commentaires pour “Le Peugeot 3008, seul sur la planète SUV

  1. J’en suis à ma 3 ème 3008 acquises neuves. Toutes sans problème… L’actuelle à parcouru 87000 kms en 4 ans et 1/2. Finition allure, essence et automatique. Je pensais acquérir l’hybride mais son tarif est désormais devenu dissuasif..? D’autant plus que la finition allure de l’époque prévoyait des options incluses qui désormais sont devenues payantes ..? L’option payante roue de secours est supprimée..?
    Je peseuse la remplacer par une Toyota RAV4 hybride. Elle ne se recharge qu’en roulant et question garantie : après 2 ans le fait de l’entretenir dans le réseau prolonge chaque année la dite garantie jusqu’à 8 ans… Et si Peugeot fait fabriquer stop de véhicule ailleurs qu’en France, Toyota à une usine dans le nord qu’elle agrandit. L’emploi durable, les charges sociales payées en France, sont de mon point de vue à considérer. Qui alimente les crises de retraite si ce n’est les cotisations patronales et salariés ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut