Nissan Qashqai 2021
Crédit photo : Nissan

Nissan Qashqai 2021 : la troisième génération en mission reconquête

Le Nissan Qashqai est un pionnier. Apparu pour la toute première fois en 2007, il débarque aujourd’hui dans une troisième génération. Inventeur du segment des crossovers compacts, il est investi d’une mission : celle de la reconquête face à une concurrence devenue toujours plus forte. Une obligation qui a poussé Nissan à une modernisation de son modèle. Voici les nouveautés à découvrir.

Le Qashqai III, entre héritage et besoin d’innovation

Créateur d’une proposition véritablement différenciante à son arrivée, le Qashqai ne devrait pas bénéficier de ce coup de pouce avec la nouvelle génération. Désormais, le segment est connu et l’ogre de la catégorie est le Peugeot 3008. Alors, pour tenter de reconquérir des clients, tout n’est pas réinventé. Puisque la référence est française et qu’aucun constructeur n’a réussi à secouer le segment depuis 2016, Nissan a décidé d’améliorer sa proposition dans tous les segments.

Le nouveau Qashqai est ainsi plus agréable à conduire, apporte plus de confort, le tout avec une présentation toujours plus soignée. Un Nissan aux airs de Lexus ? Un peu ! Ajoutez à cela des matériaux plus nobles ou encore un équipement pléthorique et du multimédia dans tous les sens, et le Qashqai va pouvoir capitaliser sur sa renommée, avec une offre vraiment moderne.

Conservatisme

Le nouveau Qashqai 3 utilise la plate-forme CMF-C de l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi. Toujours relativement compact, il possède une dimension totale de 4,43 m de long. À titre de comparaison, le 3008 mesure lui 4,45 m. En gagnant un peu en taille par rapport à la précédente génération, le Qashqai bénéficie d’un empattement allongé de 2 cm qui profite directement aux passagers arrière. Signalons d’ailleurs pour eux une ouverture des portes très importantes à 85°.

La silhouette globale reste haut perchée, tandis que la calandre en V intègre un gros logo Nissan en son centre. Le dessin est composé d’arêtes et de nervures, le tout donne un style élancé et dynamique. Ligne de toit fuyante, éléments horizontaux : le style a été soigné.

En ce qui concerne l’habitabilité, notons une forte modularité avec un coffre dont le volume atteint 504 l (en hausse de 70 l environ), disposant d’un double fond en deux parties comme cela était déjà le cas. Comme nous l’avons déjà précisé, l’espace aux jambes est bon pour les passagers de la rangée arrière. Petite déception en revanche pour le traitement de la planche de bord. Pratique, pragmatique, elle reste toutefois très classique. Un peu trop de conservatisme avec une finition certes soignée mais qui manque de relief. Cette impression est compensée avec de nombreux éléments technologiques. L’instrumentation numérique est permise au travers d’une dalle d’une dimension de 12,3 pouces. En ce qui concerne l’écran central tactile, il peut grimper à 10 pouces. N’ayez pas peur, des commandes physiques classiques sont encore là. C’est le cas notamment pour la climatisation.

Une proposition unique pour la motorisation

Si par le passé les ventes de Nissan Qashqai étaient largement portées par la motorisation diesel, cela ne sera plus le cas avec la nouvelle génération. Pour ceux qui cherchent une solution pour les flottes d’entreprise ou pour les particuliers encore amateurs de diesel, il faudra se tourner vers la concurrence (Volkswagen Tiguan TDi, Peugeot 3008 HDi ou Hyundai Tucson CRDi). Plus de Qashqai diesel.

Nissan ose une seule proposition en ce qui concerne le moteur. Il s’agit sous le capot du bloc moteur à quatre cylindres 1,3 litre essence. Vous le connaissez sans doute, il équipe déjà chez Renault la Mégane, le Kadjar, se retrouve aussi chez Mercedes sur les Classe A et B, et était même déjà présent sur l’ancienne génération de Qashqai. Le 1,3 litre DiG-T reçoit un système d’hybridation légère avec un alterno-démarreur et une batterie de 12 V. Pas vraiment de quoi se ressentir à l’usage, mais on dispose au total d’une puissance de 140 chevaux (160 chevaux en boîte automatique Xtronic, à privilégier). La boîte de vitesses, avec un étagement relativement long, ne permet pas de transformer le Qashqai en crossover sportif. Mais il faut noter le travail effectué sur l’allégement avec le recours notamment à des éléments en aluminium pour atteindre un poids total de 1 405 kg.

Du côté des tarifs, l’entrée de gamme Visia (28 990 €) fait déjà très fort avec un équipement de série important : freinage d’urgence aux intersections, reconnaissance des panneaux, alerte de franchissement de ligne, régulateur de vitesse. On peut ensuite basculer sur le niveau intermédiaire Acenta à 31 490 € avec la caméra de recul et même choisir la version plus « connectée », la finition « N-Connecta » qui reçoit elle une instrumentation numérique et l’interface Carplay. La version Tekna + est réservée uniquement au bloc moteur le plus puissant. Il s’agit de la version la plus complète, facturée plus de 40 000 €.

Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut