Mercedes EQS 2021
Crédit Photo : DAIMLER

Mercedes EQS, quand la Classe S devient électrique

EQS. Derrière ces trois lettres se cache la déclinaison électrique de la déjà luxueuse Classe S. Pour cette version, Mercedes a fait le choix de partir d’une nouvelle architecture modulaire réservée uniquement aux véhicules électriques haut de gamme. En ressort une voiture statutaire, déclinée en deux niveaux de puissance au lancement, avec tous les atouts pour devenir la nouvelle berline sportive 100 % électrique de référence.

 

Mercedes EQS, mangeuse de Tesla

Sur le terrain des voitures électriques, toute nouvelle création qui affiche une forte ambition est logiquement à opposer à Tesla, acteur historique du segment. Dans le cas de la Mercedes EQS, cet affrontement prend d’ailleurs tout son sens. La principale opposition vient de la Model S, et d’emblée la voiture frappée du sigle à l’étoile veut tenir son rang. Pour cela, plusieurs niveaux de puissance sont proposés. Tout débute avec l’EQS 450+ qui propose déjà 333 chevaux (245 kW) avec un ensemble moteur associé à une batterie de 107,8 kWh.

 

Puis il est possible de basculer sur la version EQS 580 4MATIC, qui dispose d’un moteur électrique supplémentaire à l’avant. La puissance grimpe alors à 524 chevaux pour cette transmission intégrale, soit 385 kW. Enfin, le sommet de la gamme est constitué d’une version qui développe 762 chevaux (560 kW), dont la commercialisation interviendra dans un second temps (avec le blason AMG).

 

En matière de puissance, Mercedes ne peut pas rivaliser avec les versions les plus dingues développées par Tesla, mais la réponse intervient par un autre domaine : l’aérodynamique. En effet, la berline de 5,20 m de long adopte un dessin effilé, une bouille que l’on peut qualifier de rondouillarde mais finement travaillée, qui permet d’atteindre un coefficient de pénétration dans l’air de 0,2. Ainsi, avec ce Cx de 0,2, l’EQS devient la voiture de production la plus aérodynamique au monde, juste devant la Tesla Model 3 ! On se rend coup pour coup. Mercedes a annoncé une autonomie pouvant atteindre 770 km. Un chiffre lié, comme vous vous en doutez, à la grande capacité de la batterie mais aussi à cette aérodynamique soignée.

 

Une ambassadrice des Mercedes de demain

Parlons de l’équipement prévu à bord. Puisque la vocation de cette nouvelle Mercedes EQS est de devenir un véritable vaisseau amiral pour la marque, on retrouve à l’intérieur de nombreuses technologies et un habitacle inédit. La pièce maîtresse est l’Hyperscreen, le tableau de bord totalement numérique qui possède un double écran (12,3 pouces chacun), le tout avec un écran central de 17,7 pouces. Le conducteur comme les passagers ont accès à toutes les informations de navigation.

 

Présentée avec un intérieur blanc immaculé, la Mercedes EQS reprend également des teintes boisées et bleutées, une sorte de clin d’œil aux yachts haut de gamme. L’EQS est la traduction de la volonté affichée par Mercedes de commercialiser à horizon 2030 plus de 50 % de véhicules électriques ou électrifiés (comme des modèles hybrides rechargeables). Mais ce modèle ne devrait pas être le plus répandu. Aucun prix de vente n’a pour le moment été communiqué, mais il faut s’attendre à une addition finale supérieure à 100 000 €.

Partager l'article

Un commentaire pour “Mercedes EQS, quand la Classe S devient électrique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut