Crédit Photo : FORD

Fin de carrière pour la vénérable Ford Mondeo

Quatre générations, une carrière étirée sur une trentaine d’années, c’est un modèle emblématique dont Ford s’apprête à stopper la production. À partir du mois de mars 2022, la berline familiale Mondeo ne sera plus proposée. Retour sur ses ultimes tours de roues, et ses principaux faits d’armes.

 

La Mondeo victime des SUV et crossovers

La Mondeo, c’est un peu le symbole de l’automobile d’hier. La grande berline familiale, déclinée notamment en break, est une tricorps conventionnelle, qui a marqué les années 90. Mais face à la montée en puissance des SUV et autres crossovers, qui ont les faveurs des familles, les chiffres de vente se sont rapidement essoufflés.

 

Alors que Ford est à la recherche de rentabilité, et doit retrouver de la performance, un toilettage de la gamme s’impose. La Mondeo en est victime. « En 2020, 39 % des ventes de véhicules particuliers de Ford étaient des SUV et des crossovers, soit huit points de plus qu’en 2019 » confirme le constructeur.

 

La Mondeo hybride, ultime variante

L’intégralité de la gamme Ford sera proposée en hybride Plug-in ou en tout-électrique d’ici à 2024. La Mondeo a déjà le droit à une variante hybride, mais cela ne semble pas suffisant pour recréer autour d’elle un intérêt vif.

 

La Mondeo 4 Hybrid, c’est son nom, reprend un moteur thermique de 2,0 litres d’une puissance de 140 ch associé à un moteur électrique de 120 ch et à une batterie lithium-ion de 1,4 kWh. Le tout développe la puissance combinée de 187 ch, avec une transmission de type CVT de série. Elle restera comme la dernière version, le modèle « ultime » de la lignée Mondeo.

 

La Voiture de l’année 1994

Arrivée en 1993, la Ford Mondeo a rapidement trouvé son public. Avec le titre prestigieux de « Voiture de l’année » en 1994, elle a marqué plusieurs générations. 5 millions d’exemplaires au total auront été vendus pour l’héritière de la Ford Sierra.

 

La version break, baptisée « Clipper » sur notre marché, fut une variante particulièrement appréciée dès l’année 1994. On peut aussi citer la version ST200 équipée du V6 2.5 Duratec atmosphérique de 205 ch arrivée en 1996 (et la Mondeo ST220 au V6 3.0 atmosphérique de 223 ch sur la troisième génération). En 1996 d’ailleurs, la Mondeo était la première à inaugurer le badge « ST » chez Ford, qui signifie « Sport Technologies ». Deux lettres qui, depuis, ont trouvé leur place sur de nombreux modèles (comme la Fiesta ou la Focus) et sont même associées à une finition (ST-Line). La Mondeo fut même engagée dans le très relevé championnat de tourisme anglais, le BTCC.

 

La disparition de la Mondeo semble n’être qu’une première étape vers une rationalisation de la gamme Ford, concentrée sur l’électrique, l’hybride, le tout dans des SUV. Les monospaces Galaxy et S-Max doivent trembler, leur fin de carrière est vraisemblablement proche. En attendant, c’est à Valence (Espagne), où la Mondeo est produite, que les chaînes d’assemblage vont s’arrêter. Elles vont à partir de la fin d’année 2022 assembler le moteur 2.5 Duratec hybride, présent dans… les Galaxy et S-Max ! Mais pour combien de temps ?

Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut