Recharge voiture électrique

Tout savoir sur les voitures électriques : coût réel, durée de vie des batteries, pollution

Si les voitures électriques ne représentent encore qu’une faible part du parc automobile en circulation (1,8% du marché des véhicules particuliers), un engouement réel est palpable. Les constructeurs multiplient les modèles électriques dans leurs gammes : peugeot e208 et e2008, nissan leaf, renault zoé, kia e-niro et autre volkswagen e-golf. Vantées pour leur pollution nulle à l’usage, qui permet d’assainir l’air de nos villes, les voitures électriques devraient représenter le segment avec la plus forte croissance sur les 10 années à venir et au-delà. Voici les informations essentielles à connaître pour appréhender cette révolution.

Comment fonctionne une voiture électrique ?

Contrairement aux voitures thermiques à essence ou diesel qui utilisent un moteur à combustion interne traditionnel, les voitures électriques sont alimentées par une batterie chargée électriquement. Cette énergie électrique permet ensuite d’alimenter le moteur. Parfois, il est possible de retrouver plusieurs moteurs alimentés par la batterie.

Une voiture électrique ne dispose pas d’embrayage, ni de boîte de vitesses. La puissance est délivrée à l’accélération de manière directe. Le rendement d’un moteur électrique peut atteindre les 90 %, alors que les rendements mécaniques des moteurs thermiques sont de 35% pour l’essence et 40% pour le diesel. Il convient tout de même de modérer ces chiffres avec les pertes liées à la recharge de la batterie qui font tomber ce rendement. Mais un moteur électrique reste plus performant qu’un moteur thermique soumis à des pertes liées à la production de chaleur.

Le moteur d’une voiture électrique peut être synchrone, asynchrone ou à courant continu. Depuis plusieurs années, les progrès technologiques dans le domaine ont permis de réduire la taille et le poids de ces moteurs. Aujourd’hui, certains peuvent directement être embarqués à proximité des roues, ce qui libère le compartiment avant.

Pour recharger un véhicule électrique, il suffit de le brancher à une prise classique ou à une borne de recharge dédiée, à domicile ou dans un lieu public équipé. Plus puissante, la borne permet d’augmenter considérablement la vitesse de charge du véhicule.

Les véhicules entièrement électriques n’ont pas de système d’échappement et ne produisent donc aucune émission. Ils sont alors considérés comme plus écologiques, bien que cette absence de pollution à l’usage ne masque pas la pollution générée en amont, lors de la fabrication du moteur et de la batterie. (Lire ci-après « L’impact des voitures électriques sur l’environnement »).

Les véhicules électriques sont également beaucoup plus silencieux que les voitures fonctionnant à l’essence ou au diesel. Les seuls sons perceptibles sont ceux de la résistance au vent ou du frottement des pneumatiques. Sous les 20km/h un avertisseur sonore doit être audible pour respecter la législation.

Les voitures électriques disposent d’un système de refroidissement thermique. Leurs batteries lithium-ion ont tendance à chauffer lorsqu’elles sont utilisées, tout comme un moteur ordinaire, et doivent donc être maintenues à une température de fonctionnement optimale.

L’impact des voitures électriques sur l’environnement

Les voitures électriques sont moins dépendantes des combustibles fossiles que les autres véhicules. Mais elles induisent tout de même une pollution. En effet, recharger la batterie avec de l’électricité signifie un recours partiel à des combustibles fossiles (à l’heure actuelle), ces derniers servant parfois à produire l’électricité. La pollution n’est pas liée à l’usage direct de la voiture, en circulation, mais bien à la production de l’électricité nécessaire pour la faire fonctionner. Il reste vrai que les voitures électriques sont plus respectueuses de l’environnement car, fonctionnant avec des batteries électriques, elles ne dégagent aucune émission d’échappement.

Dans un rapport daté de 2012, l’ADEME observait[1] « une réduction d’environ 65% sur les émissions de gaz à effet de serre par rapport à un véhicule thermique » en faveur des voitures électriques comparables. Mais ce constat était mesuré : « Cette performance dépend fortement du mode de production de l’électricité ». L’utilisation d’un véhicule électrique en France apporte de bons résultats sur ce point précis des émissions de gaz à effet de serre. En effet, les voitures électriques sont jugées plus indépendantes des ressources fossiles que chez certains voisins européens, grâce à l’utilisation de l’électricité principalement nucléaire. Mais si la pollution atmosphérique est réduite, l’électricité nécessaire pour la fabrication de la batterie, notamment, contribue fortement aux émissions radioactives dans l’eau et dans l’air, et à la génération de déchets radioactifs.

Qu’en est-il du recyclage et de la fin de vie des voitures électriques ? Pour réduire leur empreinte écologique, certains constructeurs poussent leurs efforts et proposent des modèles fabriqués avec des matériaux recyclables et/ou recyclés (tissus et tableaux de bord réutilisables…).

Mais en prenant le cycle de vie global de la voiture, le véhicule électrique n’est pas si vertueux. « La consommation totale d’énergie primaire montre que le Véhicule électrique n’est pas plus efficace énergétiquement qu’un véhicule thermique sur l’ensemble de son cycle de vie » selon l’ADEME.

L’entretien d’une voiture électrique

L’entretien d’un véhicule électrique est différent de l’entretien d’une voiture à moteur thermique. Il n’est pas nécessaire de recourir à des fluides pour le fonctionnement du moteur (huile moteur, huile de boîte, etc.), ni de surveiller les éléments mécaniques liés à l’échappement. Globalement, une voiture électrique utilise moins de composants mécaniques, ce qui signifie un entretien plus réduit. Mais les éléments qui lui sont propres, comme la batterie, nécessitent une surveillance.

  • Le(s) moteur(s) : pas d’entretien particulier. Le constructeur peut suggérer un suivi dans le temps et des tests pour vérifier son bon fonctionnement.
  • Les batteries : leur durée de vie est limitée et il peut être nécessaire de les changer. Selon les constructeurs, les durées de vie indicatives varient de 7 à 10 ans.
  • La transmission : plus simple que sur une voiture thermique, elle doit faire l’objet d’un suivi et d’une révision avec un kilométrage variable selon les constructeurs (60 000 à 100 000 km).
  • Les freins : moins sollicités qu’avec une voiture thermique, ils seront à changer mais moins fréquemment.
  • Les amortisseurs : tous les éléments qui permettent la liaison avec le châssis sont à suivre comme pour toutes les voitures. La motorisation n’influence pas leur entretien.

Un moteur avec très peu d’éléments mobiles, pas de vidanges à prévoir, pas de pot d’échappement… les atouts sont nombreux en faveur de l’électrique ! Le coût d’entretien global devrait être en baisse, en plus du coût à l’usage (le prix du kWh permettant de se déplacer en dépensant bien moins par kilomètre parcouru).

L’électrique est une technologie nouvelle avec laquelle tous les professionnels ne sont pas encore familiers. Si vous achetez un véhicule électrique, privilégiez un suivi dans un réseau qui connaît votre voiture – idéalement au sein du réseau du constructeur – pour que les entretiens soient complets.

[1] https://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/90511_acv-comparative-ve-vt-rapport.pdf (pages 253 / 254)

Partager l'article

6 commentaires pour “Tout savoir sur les voitures électriques : coût réel, durée de vie des batteries, pollution

  1. bonjour

    et comment celà marche chez vous !!!:
    citation :
    « Pour recharger un véhicule électrique, il suffit de le brancher à une prise de terre classique !!!! » »
    >>> rédigé par un stagiaire boucherie / charcuterie peut être !

  2. Possesseur d’un Hyundai Kona 64Kw. J’étais satisfait jusqu’alors, disons à 98% de ce véhicule. Et pourtant suite à une très mauvaise expérience, aujourd’hui je remets en cause l’utilisation de tous ces véhicules 100% électriques. Le problème est à attribuer l’infrastructure des bornes de recharge.
    En effet parti avec mon fils 12 ans, de Colomiers ce 30 décembre et nous rendant à lloret del Mar. Nous avons pris l’autoroute et je n’ai pu atteindre que 200km environ, à cause du froid hivernal et d’une vitesse maintenu à 130km/h.
    Voyant les batteries fondre comme neige au soleil. A partir de Carcassonne, j’ai bien recherché des bornes de recharges efficientes, donnant au moins 50kw et bien non que des bornes de 7kw qui m’oblige à rester 6 heures devant mon véhicule !
    Un automobiliste me conseille d’aller jusqu’à la Jonquera, il y aurait une borne de recharge dans le parking souterrain du Grand magazine Escala.
    Je reprends la route à 30 à l’heure, il ne reste plus que 8% quand j’arrive à la borne. Mais Je constate à nouveau que cette charge va être longue, très longue avec 7Kw !
    Je rencontre un automobiliste qui possède aussi un Kona et me suggère de revenir sur mes pas à Auchan Perpignan.
    Et me voilà reparti sur Perpignan, j’ai juste assez pour parcourir les 27 km qui nous séparent. Arrivé à Auchan Perpignan la place est occupée, je vais devoir attendre, pour m’apercevoir ensuite, que celle-ci ne fonctionne avec aucune de mes cartes.
    L’angoisse de la panne est bien là et je me pose la question : Pourquoi parler de l’électrique en France puisque nous en sommes là, dans l’incapacité d’avoir la logistique qui va avec !
    Bon je ne vois qu’une solution, je vais aller chez Hyundai. Par chance, le garage n’est pas très loin.
    J’explique à la jeune femme de l’accueil, ma situation .Parti de Colomiers ce matin à 5H00 et là 11H00 toujours à la recherche d’une borne. Celle-ci pleine de compréhension réagit aussitôt, et demande à un collaborateur de sortir le véhicule qui était en charge, pour pouvoir m’y mettre à mon tour… Ouf sauvé !
    …Sauf que la borne, est du 7Kw ! Et qu’il me faudrait attendre au moins 6 heures pour repartir !
    Comment se fait-il que vous proposiez de l’électrique, sans avoir une borne de recharge digne de vos véhicule qui annonce fièrement 64KW!
    Impossible pour moi d’attendre là devant mon désuet Kona à 46000€ en location-vente !
    Je me rends donc chez le loueur de voiture voisin qui me propose un Kia Rio pour 2 jours à 200€ avec forfait 300 Km.
    C’est bruyant, pas très confortable, mais ça roule !
    Au retour nous reprendront notre Kona chargé à bloc par le garage Hyundai Perpignan, Dommage qu’ils ne possèdent pas une charge rapide. Mais je les remercie tout de même de leur compréhension et de leur courtoisie.

  3. Merci pour votre retour d’expérience. Il est vrai qu’il y a encore beaucoup de progrès à faire concernant les bornes de recharge. La voiture électrique reste agréable pour de petits trajets mais demande plus d’organisation pour de moyens et longs trajets.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut