Chute prix carburants

Carburants : les prix atteignent un point bas en plein confinement

Essence ou diesel, à la pompe, tous les carburants affichent des prix bas en ce printemps 2020. La raison ? Une chute de la demande liée à la pandémie de Covid-19 et aux mesures de confinement qui en découlent. Mais cette situation peut-elle être durable ? Vraisemblablement non.

L’ère du carburant moins cher

Les prix de tous les carburants se sont effondrés en raison des mesures de confinement prises par de nombreux pays pour lutter contre l’épidémie de Covid-19. Mais pas seulement ! Des désaccords entre les pays producteurs de pétrole sur la réaction à adopter face à cette crise mondiale font également chuter le prix du pétrole, et in fine des carburants.

En France, le prix du diesel a atteint 1,21 € le litre, en moyenne, la semaine du 13 avril 2020, contre 1,22 € le litre la semaine précédente et 1,23 € au début du mois d’avril. Des chiffres très bas en comparaison avec les 1,50 € le litre du début de l’année 2020.

Idem pour l’essence avec 1,25 € le litre pour le SP95-E10 (le carburant le plus demandé) et 1,34 € le litre pour le SP98. Des prix bien plus faibles que les prix affichés au début du mois de mars 2020 avec respectivement 1,44 € et 1,53 € pour un litre.

Les dépôts sont pleins, la production recule car la consommation est à l’arrêt ou presque. En France, on estime que la consommation de carburant à la pompe est en recul de 70 à 90%. Mais au-delà des voitures, ce sont aussi les avions cloués au sol et les industries à l’arrêt qui viennent figer le marché.

Profiter de l’essence à bas prix

Faire le plein de carburant coûte donc moins cher, une bonne nouvelle ? Oui, mais impossible ou presque pour la plupart des ménages d’en profiter. Le confinement réduisant les déplacements, il est alors inutile de consommer. Mais, lorsque les choses vont revenir « à la normale », et qu’il sera de nouveau possible de se déplacer, les prix affichés seront-t-ils encore bas ? Pas certain.

Deux raisons peuvent laisser penser que les prix vont remonter lorsque nous quitterons le confinement.

  • L’effondrement actuel a entraîné une contraction de la demande, mais celle-ci va redémarrer… et relancer la machine. Les prix vont repartir à la hausse avec un rapport offre/demande plus équilibré.
  • En France, la taxation des carburants est forte. Le prix du litre est surtout lié à la fiscalité. Il peut être tentant pour l’administration de jouer sur le prix des carburants pour engranger des fonds. En augmentant les prix, il pourrait être possible d’éponger le fond de solidarité aux entreprises, et de trouver les moyens de financer les investissements dans le secteur médical ou le dispositif de chômage partiel.

À quand le retour à la normale ? Les plans de réouverture partielle de plusieurs grandes économies laissent entrevoir une reprise. Avec des prix à la hausse ? Sans doute.

Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut