Réparateurs automobile
Crédit photo : Maxime Rossignol sur Unsplash

Confinement Coronavirus : la réparation automobile face aux difficultés

Les garagistes et autres professionnels de l’entretien et de la réparation automobile ont le droit de maintenir leur activité pendant la période de confinement, débutée officiellement le mardi 17 mars 2020. Comme d’autres professionnels, ils peuvent ouvrir… mais les clients manquent et l’approvisionnement est rendu difficile. Dans ce contexte, l’inquiétude grimpe.

Une clientèle inexistante, l’activité à l’arrêt

Dès le lendemain du discours d’Emmanuel Macron prononcé le 16 mars, et qui marque le début du confinement, les effets sur l’activité des réparateurs et autres professionnels de l’automobile se sont fait sentir. « Nous sommes en guerre » continue de résonner dans l’esprit des Français·es. « La clientèle de nos entreprises s’est volatilisée, et pour cause, la très grande majorité de nos concitoyens ont subitement basculé dans l’angoisse » indique la Fédération Nationale des Artisans de l’automobile (FNA). Dans le même temps, « les sources d’approvisionnement en matières premières nécessaires à la réparation des véhicules, à savoir les pièces de rechange, se tarissent » explique l’organisation.

Rapidement, une étude a été lancée pour obtenir le retour des milliers de TPE artisanales et entreprises familiales de proximité qui composent le secteur. 68% des entreprises ont indiqué avoir été contraintes de fermer pour manque d’activité ou de non-disponibilité des pièces de rechange indispensables pour réparer les véhicules. 32% indiquent la nécessaire préservation de la santé de leurs salariés dans de telles circonstances, les poussant à fermer temporairement.

Les professionnels de l’automobile solidaires et organisés

Les entreprises de la réparation automobile sont souvent de petites structures. L’immense majorité (75%) sont composées de moins de 11 salariés. Affronter la crise est une affaire de prise de décision, parfois par le chef d’entreprise seul, sans une batterie de consultants. Beaucoup d’entrepreneurs ont décidé de fermer, tout en gardant une activité de dépannage-remorquage et réparation minimale (pour les véhicules d’intervention, notamment les ambulances, véhicules utilitaires, véhicules de personnel de santé et des personnes contraintes).

« Pour éviter la débâcle financière, et soucieuses de la santé de leurs salariés, les entreprises ferment et nous les soutenons, tout en les invitant à maintenir un service minimum d’urgence en toute circonstance » indique la FNA.

Face à l’épidémie du Coronavirus Covid-19, rappelons que le gouvernement a mis en place des mesures de soutien immédiates aux entreprises. Elles sont accessibles aux professionnels de l’automobile :

  • Des délais de paiement d’échéances sociales et ou fiscales (URSSAF, impôts) rallongés.
  • Des remises d’impôts directes (avec un examen individualisé des demandes).
  • Un soutien de l’Etat et de la Banque de France pour négocier un rééchelonnement des crédits bancaires.
  • Une garantie des lignes de trésorerie bancaires dont les entreprises pourraient avoir besoin à cause de l’épidémie (avec BPIFrance).
  • La simplification du dispositif de chômage partiel renforcé.
  • La possibilité de déployer des arrêts de travail immédiats.

Cette situation exceptionnelle va fragiliser certains acteurs indépendants ou organisés en réseau. Les artisans de l’automobile sont eux aussi fortement impactés par ce confinement inédit.

Partager l'article

4 commentaires pour “Confinement Coronavirus : la réparation automobile face aux difficultés

  1. bonjour
    pour les garanties concernant les véhicules, comment cela va se passer ?
    révisions annuelles les constructeurs sont exigeants sur les dates pour les pépins éventuels
    salutations
    Bruno Dusenne

    1. Bonjour,
      C’est une bonne question. Si votre concessionnaire est fermé, comment faire votre révision. On peut imaginer une certaine tolérance face à la situation exceptionnelle.

  2. Quid des véhicules commandés avant le confinement pour livraison entre avril et juin avec le règlement effectué de frais à la commande ? Garantie des concessionnaires et mandataires ? Prévision et plans de reprise des constructeurs ? la chute des commandes compensera tellement en tout ou partie les délais de livraison ?

    1. Je pense qu’il faut s’attendre à des retards conséquents. Impossible pour les concessionnaires ou mandataires de respecter l’engagement du respect des délais de livraison vu la situation exceptionnelle. Il faudra attendre je pense la fin du confinement pour en savoir plus. Chaque acteur fera bien entendu au mieux pour servir ses clients dans les meilleures conditions et au plus vite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut